un magazine web axé sur la culture d’ici

La Chicane fête ses 25 ans au Club Soda

Le groupe sort son nouvel album Quand ça va ben

La Chicane, Éric Maheu, Jean-Marc Couture et Boom Desjardins
Crédit photo : François Daoust

Par : Caroline Samii

Cinq ans plus tard, La Chicane s’est réuni à nouveau au Club Soda ce 24 mai pour un concert chaleureux et plein d’énergie. Boom Desjardins, le chanteur du groupe, a déclaré au public : « C’est le premier spectacle officiel de la tournée, on est contents! ». La Chicane fête ses 25 ans de carrière avec le lancement de Quand ça va ben, son dernier album sorti le 19 mai. Boom raconte que celui-ci était prêt depuis janvier 2020, mais que sa sortie a été reportée à cause de la pandémie. Généreusement, il partage sa joie de retrouver le public et la scène : « Je suis fier de mes chansons câllisssse, ça fait 25 ans! ».

Boom annonce la couleur et revendique fièrement ses racines! La Chicane, originaire de Val-d’Or en Abitibi, ne veut pas que les médias l’associent à de la musique country et déclare que ses membres « font de la musique d’Abitibi!».

Boom Desjardins
Crédit photo : François Daoust

Dans une atmosphère tamisée de lumières rouges et dorées, Boom interagit souvent avec le monde et installe ainsi une ambiance intime dans une salle remplie. Le concert démarre au son de l’harmonica avec Quand ça va ben, sa nouvelle chanson. Tout au long de la soirée, le public, qui rassemble plusieurs générations, chante et danse au rythme des chansons déjà connues et des nouvelles.

Lorsque Boom commence à fredonner « Woah oh oh oh oh oh, Woah oh oh oh oh oh, Hmm hmm…», les fans reconnaissent Viens donc m’voir et chantent avec le groupe ce gros hit. Il ne manquait qu’un feu de camp, le ciel étoilé et l’odeur de la braise pour se croire à un concert en plein air entre amis.

La Chicane, Éric Maheu et Boom Desjardins
Crédit photo : François Daoust

Quand on pense que Calvaire va conclure le spectacle, La Chicane interrompt ses au revoir et reprend ses instruments pour jouer « la chanson la plus chantée des années 90 », déclare Boom. Sous les cris et applaudissements enjoués des fans contents du concert, c’est Juste pour voir le monde, sortie en 1998, qui clôture cette belle soirée célébrant la musique d’Abitibi!

Crédit photo : François Daoust

Texte révisé par : Johanne Mathieu

Partagez

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email