Imparfait réjouit Montréal

Alexandre Barrette embrasse ses imperfections

alexandrebarrette1

 ©Alexandre Barrette/Facebook

Par Marie-Claude Lessard

Le gratin de l’humour québécois s’est donné rendez-vous le 3 février dernier pour assister à la première d’Imparfait, le  deuxième spectacle en carrière d’Alexandre Barrette. Jean-François Mercier, Jérémy Demay, Mariana Mazza, Martin Vachon, Stéphane Fallu, Antoine Vézina, Tammy Verge, Patrice Bélanger, Louise Richer et plusieurs autres personnalités ont envahi le Monument-National pour encourager leur ami et collègue. Le principal intéressé s’est servi habilement de sa fébrilité pour offrir une touchante et hilarante évasion d’environ 90 minutes.

Une atmosphère électrique se dégageait de la Salle Ludger-Duvernay, qui affichait complet. Le public, extrêmement disponible et généreux, ne s’est pas fait prier pour rire allègrement, même lorsque certaines blagues rataient la cible. Bon joueur, Alexandre Barrette est parvenu à créer une chimie indéniable avec son auditoire, surtout lorsqu’il insultait amicalement certains spectateurs et faisait preuve d’une rafraîchissante spontanéité. La décision de ne pas scinder les numéros et de proposer un long monologue a exigé aux spectateurs une concentration accrue.  Par contre, le rythme a constamment été au rendez-vous!

alexandrebarrette2

©Courtoisie

Confiné dans une impressionnante boîte aux contours lumineux gracieuseté de Softbox Integration, l’animateur de Taxi Payant et Atomes Crochus a abordé ses imperfections par le biais de sujets touchant une large clientèle : les ruptures amoureuses, la famille, le jeu des comparaisons, la langue française ainsi que la difficulté de faire des choix à la fois sérieux et anodins. Barrette, avec une légèreté empreinte d’authenticité, a sommé le public  d’embrasser leurs défauts et d’assumer que leurs failles les rendent uniques. La finale sobre et la délirante lettre qu’il s’est écrite à lui-même ont brillamment  incarné ce propos et entraîné de profondes réflexions. C’est d’ailleurs principalement ce qui distingue l’humoriste de 34 ans : son charisme. Nous avons l’impression de discuter avec un excellent ami. Un ami qui sait comment nous faire rire et pleurer. Il ne manquait qu’une bonne bière et des nachos regorgeants de fromage et de salsa.

Bref, si, pour une raison ou pour une autre, Imparfait s’avérait être le dernier spectacle d’humour que vous auriez vu avant de mourir, vous seriez loin d’être déçus!

Le spectacle est à l’affiche au Monument-National jusqu’au 5 février. Des supplémentaires sont prévues les 29 et 30 avril 2016. Pour connaître toutes les dates de la tournée, c’est par ici.

Vous pourriez aussi aimer...