Grande entrevue: Pauline Marois

Entre culture et identité

Pauline_Marois_Fond2014 2-4

©PhotoOfficielle

Par Jean Baptiste Henry

J’ai trouvé, lors de cette campagne électorale, que la question de la culture n’est pas souvent venue au centre des débats. Beaucoup disent que c’est le parent pauvre du budget au sein des gouvernements. J’ai voulu en savoir davantage en le demandant à l’une des principales intéressées.

 

Mme Marois, quelle relation entretenez-vous avec la culture?

J’aime la culture sous toutes ses formes. Même si je n’ai pas de connaissances approfondies dans tous les secteurs, beaucoup de choses me touchent, me font vibrer, dans les œuvres. La culture a toujours fait partie de mon quotidien et je ne saurais m’en passer. Elle occupe une place importante dans ma vie.

 

Avez-vous des préférences littéraires, musicales… quand vient le temps de vous détendre?

Pour mes moments de détente, qui sont plutôt rares en campagne électorale, j’essaie de lire quelques pages avant de m’endormir. J’avoue beaucoup aimer les polars, d’ici et d’ailleurs. J’aime ce style littéraire; il m’arrive d’y faire des découvertes étonnantes. Du côté de la musique, j’aime beaucoup nos chanteurs québécois, particulièrement Jean‑Pierre Ferland, Gilles Vigneault, et il m’arrive d’écouter de l’opéra.

 

Croyez-vous que la culture puisse aider à forger l’identité du Québec?

Je vous répondrais : comment pourrait-il en être autrement? Bien sûr que la culture forge notre identité! L’épanouissement de la nation québécoise, la vitalité de la langue française, notre avenir économique et politique reposent en bonne partie sur notre culture. Nos artistes et nos créateurs sont autant de sources de fierté qui font rayonner le Québec à travers le monde.

 

Êtes-vous favorable à une culture ou des cultures?

La culture au Québec est empreinte de diversité, et c’est ce qui nous rassemble et fait notre force. La culture ne s’impose pas de limites et elle est le reflet de notre société.

 

Comment pensez-vous rendre la culture plus accessible à tous?

Je crois profondément à l’importance d’une culture vivante, actuelle et accessible.

Pour ce faire, nous avons lancé la première stratégie culturelle numérique du Québec, afin que les œuvres de nos créateurs soient plus accessibles et diffusées par le biais du numérique.

Nous avons aussi mis en avant une mesure pour favoriser la fréquentation des musées, en fixant à 1 $ le prix d’entrée pour les jeunes de 13 à 17 ans. C’était l’une des recommandations du Groupe de travail sur la philanthropie culturelle, présidé par Pierre Bourgie. Ce groupe proposait diverses mesures afin de sensibiliser et d’ouvrir les jeunes à la culture le plus tôt possible.

De plus, le projet-pilote Une école accueille un artiste permet de mener des projets d’artistes en résidence en milieu scolaire. Ainsi, les élèves et le personnel enseignant de six écoles, réparties dans différentes régions du Québec, pourront voir évoluer le processus de création d’un artiste, le comprendre et même y participer. Favoriser la proximité entre les créateurs et les jeunes est primordial, car ce sont ces derniers qui façonneront l’avenir culturel du Québec.

Il ne faut pas oublier qu’en rendant la culture plus accessible, nous visons une hausse de la fréquentation des salles de spectacle, des musées, des centres d’artistes, des bibliothèques. Ainsi, nous contribuons à l’amélioration des conditions de pratique des créateurs.

 

Qu’est-ce qui nous différencie culturellement parlant du reste du Canada?

Notre langue, bien évidemment, mais aussi le fait que nous sommes un peuple créatif qui ne cesse de se renouveler et qui rayonne ici comme partout ailleurs. C’est par la créativité que les Québécois sont parvenus à se dépasser. Et c’est dans cette voie que j’entends poursuivre mon travail dès le 8 avril prochain.

Mme Marois s’intéresse à la culture comme une consommatrice avide et curieuse de tout. La question politique revient lorsque le propos touche à l’identité : en effet, comment se passer de culture afin de rassembler tout un peuple?

Vous pourriez aussi aimer...