Festival Ska de Montréal 2013

Petit festival deviendra grand

1003213_513199505423291_472796903_n

Par Maxime D.-Pomerleau

Le Festival Ska de Montréal est une initiative de la Société Ska de Montréal, organisme à but non lucratif dédié à la promotion de la musique et de la culture ska québécoise et canadienne. Aux côtés de l’étiquette de disque bien connue Stomp Records, maison des Planet Smashers, Creepshow, SUBB et autres Walk Off The Earth, la Société Ska de Montréal est l’organisme qui met le plus en lumière les groupes ska de la métropole avec son événement annuel autoproduit : le Festival Ska de Montréal.

C’est inspirée par le Victoria Ska Festival, qui roule depuis 2000 en Colombie-Britannique, qu’une poignée de mélomanes décide de monter le premier Festival Ska de Montréal en 2009. À l’aube de la 5e édition, je me suis entretenue avec Valérie Desnoyers, cofondatrice et productrice du Festival Ska de Montréal, qui dresse un bilan général positif pour le petit festival de niche 100% indépendant.

S’il est difficile de mesurer l’impact du festival sur la scène ska montréalaise depuis sa création, Valérie croit que le Ska Fest contribue à la stimuler en incitant les groupes à se dépasser pour participer aux différentes éditions du Festival. « Les groupes de la relève nous sollicitent beaucoup et demandent de jouer; on leur demande en retour d’être actifs durant le reste de l’année, de promouvoir leur propre band et de supporter le reste de la scène en allant voir les shows des autres groupes. » Construit selon l’esprit de communauté de la culture ska, il est naturel pour le Festival de travailler dans cette veine avec les groupes qui souhaitent y jouer.

Si le côté punk-rock de la scène locale a toujours été plus visible et plus populaire auprès des jeunes que son penchant ska-reggae, Montréal revient rapidement en tête lorsqu’on pense à la scène ska des années ’90 et à l’époque de groupes phares comme The Kingpins, General Rudie, Gangster Politics et Me Mom and Morgentaler. Bien que le ska traditionnel soit davantage confiné à la scène underground montréalaise, des festivals importants tels que le Festival International de Jazz et le Festival Nuits d’Afrique sont de belles plateformes grand public pour le mettre en valeur. Pensons seulement au plus récent passage des Skatalites à Nuits d’Afrique en juillet dernier, qui a rassemblé une foule nombreuse et diversifiée au Quartier des spectacles.

529188_295132363896674_1425230352_n

La Société Ska de Montréal organise des concerts toute l’année et soutient des groupes locaux pour aller au Victoria Ska Festival. Lorsqu’elle accompagne des groupes en tournée canadienne, Valérie remarque que Montréal entretient un mythe en ce qui concerne l’ouverture de la ville aux musiciens. « Je trouve ça toujours intéressant de voir ce que les gens dans les autres villes pensent de Montréal et de notre scène. Premièrement ils pensent tous que c’est plus facile, plus accessible et plus payant d’avoir un band ska à Montréal, ce qui n’est évidemment pas le cas. »

Bonne ou mauvaise chose? « Le bassin de population est plus grand à Montréal, mais l’offre aussi est plus grande. Il y a beaucoup de bands ici et beaucoup de bands qui viennent en tournée aussi » C’est un couteau à deux tranchants. C’est peut-être du à l’éloignement ou à l’isolement des grandes villes ailleurs au Canada mais la Société Ska de Montréal fait même des petits! On trouve maintenant en Alberta la cellule Edmonton Ska Society qui a commencé à organiser des événements en s’inspirant du modèle montréalais.

À la question qui tue; le coup dont elle est le plus fière, toutes éditions du festival confondues, Valérie répond sans détour : « La longévité ». Pas étonnant finalement, quand on pense aux difficultés rencontrées par les producteurs indépendants pour mettre sur pied des festivals comme le Ska Fest. Même après cinq ans, «  La paperasse reste le plus difficile à faire. C’est pas facile de faire des rapports d’impôts de compagnie et de dealer avec l’immigration et Revenu Québec… Ouf! »

Heureusement, le défi n’est plus de trouver des groupes qui veulent jouer car le Festival Ska de Montréal jouit plutôt d’une bonne réputation qui va au-delà des frontières du Québec. « Les groupes sont toujours honorés quand on les sollicite. J’aime trouver des bands plus petits mais extraordinaires pour faire venir au FSM, c’est toujours bien de supporter aussi la relève des autres scènes. Par exemple, cette année j’aurais aimé faire venir The Pinstripes. Ils sont vraiment bons mais ce sera pour l’an prochain! »

RoyPantonYvonneHarrison

La programmation du Festival Ska de Montréal 2013 est un melting pot des éditions passées, avec des groupes locaux et internationaux qui ont ponctué les dernières années. Ska, reggae, rocksteady, rock’n roll, soul, avec quelques surprises à ne pas manquer. « On est particulièrement fiers de faire venir Roy Panton et Yvonne Harrison, confesse Valérie. Ils sont des pionniers et des légendes dans le monde du ska et étaient en Jamaïque dans le temps des soundystems et tout le kit » Leur carrière et leur complicité remonte au début des années ’60, difficile d’aller chercher plus roots comme formation! Pour les amateurs de ska soul du midwest américain, Green Room Rockers et Prizefighters ainsi que les vétérans ska new-yorkais The Slackers qui sont de retour pour clore une nouvelle fois le Festival (ils avaient clos la première édition) complètent la sélection. Tout ce beau monde joue à la Soirée 5e anniversaire au Club Soda le samedi 19 octobre.

On a de grandes attentes pour la soirée avec Big D and the kids table, au Petit Campus le 18 octobre, qui sera sans doute une des plus mémorables. N’ayant pas fait de spectacles majeurs depuis la sortie de leur album double Stomp’n Stroll, ils ont participé au Warped Tour et plus près de nous au PouzzaFest mais ce sera l’occasion au FSM de les voir en formule intime, une opportunité extraordinaire pour les fans.

Expos

©Mathieu Rouillard

Le 17 octobre est une soirée pour les nostalgiques avec la reformation du One Night Band, les légendes d’Edmonton Mad Bomber Society et The Expos, cousins torontois adulés par le public montréalais. On a la chair de poule rien que d’y penser. Le kick off party du Festival Ska de Montréal a lieu aux Katacombes ce soir et un brunch lendemain de veille avec prestation du groupe ska-funk The Hangers a lieu au Pub Olde Orchard dimanche.

On conclue sur une note classique : il n’y a pas de recette miracle; pour que la scène musicale indépendante reste en santé, il faut l’encourager. « On a beaucoup de talent à Montréal. Il faut supporter les bands locaux et la musique live. Achetez des albums, des T-shirts et de la merch, c’est ça qui met de l’essence dans le van et qui permet aux bands de promouvoir leur musique. Allez voir des concerts et profiter de la musique live, c’est la plus belle chose au monde! »

Le Festival Ska de Montréal, du 16 au 19 octobre.

#MTLSkaFest

Vous pourriez aussi aimer...