un magazine web axé sur la culture d’ici

Festival international de films Fantasia – 25e édition

Une 25e édition qui débute en grand

© Festival Fantasia

Par : Normand Pineault

Et c’est reparti ! La 25e édition du Festival international de films Fantasia commençait la semaine dernière en grandes pompes. Source de fantaisie, d’horreur, de science-fiction, et de bien d’autres sombres découvertes, cet événement est presque devenu un culte en lui-même. Comparativement à 2020, où la pandémie avait forcé les amateurs de genre à visionner les œuvres seulement à partir de chez eux, la 25e édition nous revenait cette année avec une programmation partagée entre les films en salle et ceux en ligne. Nous parlerons donc aujourd’hui de Brain Freeze, le film qui a ouvert jeudi dernier le festival au Cinéma Impérial, ainsi que de Seobok qui, lui, était présenté en ligne.

Brain Freeze

© Palomar

Pour inaugurer l’ouverture du festival, rien de mieux qu’un film québécois de zombie, présenté en première mondiale. Mettant en vedette Roy Dupuis et Iani Bédard, ce mélange de comédie et d’horreur se situe dans la petite communauté de l’Ile-aux-Paons, où l’on a étendu un nouveau fertilisant sur les terrains de golf afin de pouvoir y jouer durant toute l’année. Mais, voilà que le pesticide transforme lentement la population en zombies, et les survivants tenteront alors de sauver leur peau et de quitter à tout prix cette île désormais maudite.

En tant que premier film québécois touchant du sujet avec autant d’efficacité, tout en gardant sa touche humoristique plus sérieuse, Brain Freeze est une belle réussite. La réalisation est bien effectuée, et digne d’un classique américain du genre. Quelques scènes et répliques pourraient même rester dans l’univers humoristique de chez nous. Le duo de Roy Dupuis en père attentionné et vieillissant, et de Iani Bédard en adolescent moderne, fonctionne parfaitement. Le film ne réinvente pas du tout le genre, et quelques scènes peuvent tomber dans le ridicule au point d’être clichées, mais il possède assez d’originalité et d’intégrité pour nous donner droit à un solide divertissement de zombie qui satisfera les amateurs du genre.

Seobok

© CJ Entertainment

Présenté en première canadienne, ce film sud-coréen d’action et de science-fiction nous raconte l’histoire de Min Ki-Hun (Gong Yoo), un ancien agent des services secrets qui aura pour mission de protéger Seobok (Park Bo-gum), le premier clone humain. Ce dernier ayant la capacité de guérir toutes maladies humaines, y compris la tumeur au cerveau de Min, ils seront alors tous les deux pourchassés par différents groupes terroristes attirés par l’appât du gain. Les pouvoirs de Seobok ne s’arrêtent toutefois pas à la guérison. Car, lorsqu’il réalise qu’il y a une vie en dehors de celle d’être un rat de laboratoire, toute sa puissance effrayante commence à se déchaîner.

Lui-même un digne clone d’un film des X-Men tel que Logan, ce film n’a rien à envier aux productions hollywoodiennes et surprend par le sérieux et la profondeur de son sujet. L’action enivrante se mélange ici à de belles réflexions, parfois même poétiques, sur le sens de la vie et la peur de la mort. Malgré quelques longueurs inutiles pour le développement, et quelques jeux d’acteurs un peu caricaturaux, il s’agit d’un très bon divertissement étranger, tout en étant du même coup une bonne réflexion sur la vie.

La 25e édition du Festival international de films Fantasia se poursuit au cinéma comme en ligne jusqu’au mercredi 25 août.

Partagez

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email