FEQ 2021: Émile Bilodeau

Émile Bilodeau et sa fougue contagieuse

© FEQ Émile Bilodeau – Stéphane Bourgeois

Par: 

L’auteur-compositeur-interprète, Émile Bilodeau a renoué avec le public lors de son passage au Festival d’Été de Québec (FEQ) le 15 juillet dernier au Manège Militaire de Québec. Celui qui jongle avec la justesse des mots et toute sa poésie pas piquée des vers, nous a livré tout un spectacle avec ses chansons à textes et son énergie non quantifiable.

Une présence autant sur scène (qui affichait complet) que dans le foyer de ceux qui s’étaient procuré leur laissez-passer. Il s’est présenté, comme toujours, avec ses airs patriotiques, d’engagé, de grand défenseur des irrégularités et inégalités de la société ainsi que toute sa fougue qu’on lui connaît très bien.

Des prestations enlevantes, énergisantes. Des chansons qui imposent la réflexion voir l’introspection de ce que nous apportons à notre société et de ce qu’elle nous impose.

© FEQ Émile Bilodeau – Stéphane Bourgeois

Ses 25 printemps l’on vu évoluer de façon remarquable. Celui qui a cumuler succès après succès, l’art de se déployer dans ses convictions et a su, sagement, entraîner son auditoire à le suivre. Un véritable Robin des Bois des temps moderne!

Jonglant entre ses deux albums Rites de passage et Grandeur Mature, pour lesquels il s’était écoulé trois années entre les deux sorties, il nous a livré ses grands hits en débutant la soirée avec Moona, Métaphore et Tu me dirais-tu. 

De beaux clins d’œils avec la pandémie qui laisse maintenant place au retour des spectacles avec Passer à TV, J’en ai plein mon cass (et comment!) et Ça va (moitié du slogan de la dernière année avec son #cavabienaller).

© Émile Bilodeau – Facebook

Des instants très en réflexion avec la pièce Je me souviens, mise sur les réseaux sociaux en octobre dernier et qui tiendra sa place sur son troisième album. Une pièce qui traite de son indignation face au racisme que nous avons été témoins avec le décès de George Floyd et, encore plus près de nous, avec celui de Joyce Echaquan. Entendre la puissance des mots que l’auditoire appuyait d’applaudissements fût un moment très fort de la soirée.

C’est, costumé, sous la narration de Guy Nadon, qu’il nous a interprété sa pièce Robin des Bois. Démontrant ses qualités théâtrales. Déployant ses mots pour atteindre les adolescents en quête d’une place dans le monde. À l’heure où, décider de son futur, n’est pas choses facile.

Ce qui s’en vient pour Émile

© Émile Bilodeau – Facebook

Un troisième album, Petite nature, sortira en septembre prochain. L’antithèse de son prédécesseur: Grandeur mature.  Il nous a d’ailleurs interprété La jungle du Capital que nous avions pu entendre à Star Académie au printemps dernier. Nous pourrons aussi y entendre Je me souviens, pièce fort apprécié durant la soirée. La jungle du Capital, quant à lui, est un hymne à la défense de la nature. Sur ceux qui font de l’argent sur le dos du climat.

On parle d’un quatrième album en écriture et conception actuellement, Tout seul comme un grand, qui nous soulèvera assurément.

Date des prochains événements à venir

© FEQ 2021

On aime le retour des spectacles! Il reste deux jours au FEQ. Vous désirez y participer de votre chez-vous? C’est par ici pour la recherche de billets virtuels.

Vous pourriez aussi aimer...