Fantasia – Dinner in America & Hunted

Dinner in America & Hunted

© Festival Fantasia

Par : Normand Pineault

La deuxième journée du festival n’allait certainement pas décevoir avec son premier horaire quotidien complet pour cette année 2020. Après l’horreur de la pandémie et de la chasse aux sorcières de la veille, c’était maintenant au tour des comédies et des thrillers psychologiques de faire leur entrée, très bien représentés par les films Dinner In America et Hunted.

Dinner In America

© Visit Films

Simon (Kyle Gallner) est un musicien anarchique, colérique, et rebelle qui n’a pas froid aux yeux. Recherché par la police, il croise la route de Patty (Emily Skeggs), une jeune refermée, mal à l’aise en société, et gênée, qui partage toutefois la même passion pour la musique que lui. C’est dans cette rencontre imprévue que tous deux trouveront malgré tout quelque chose qu’ils ne croyaient pas pouvoir trouver : une bonne compagnie bien désirée. De révolte en confrontation contre le milieu banlieusard américain, ils finiront par développer pour l’autre une attirance plus que hors de l’ordinaire.

Faisant partie de la sélection officielle pour le Festival du film Sundance 2020, Dinner in America est une comédie anti-romantique très attachante, qui mérite déjà ses honneurs. Kyle Gallner et Emily Skeggs sont magnifiques dans leurs rôles, et infusent une belle dose d’humanité dans leurs personnages, et ce, même malgré l’humour cinglant et provocateur du scénario. Sur un fond de musique punk, et une bande sonore très énergique, on ne peut que trouver le film très agréable et entraînant à regarder. Le montage amusant donne même parfois une force de plus aux blagues, ce qui fait de Dinner in America une comédie romantique qui est loin d’être banale et ordinaire, et qui est une autre belle surprise du festival.

© Visit Films

Hunted

© Charade Films

“La compagnie des loups est préférable à celle des hommes”. C’est ce qu’apprend malgré elle la version moderne et plus noire du petit chaperon rouge (Lucie Debay), lorsqu’elle fait la rencontre du grand méchant loup (Arieh Whortalter) et de son acolyte. Après avoir réussie à s’échapper de l’emprise de ses deux ravisseurs qui la prennent en chasse dans les bois, elle tentera de survivre pour s’en sortir, jusqu’à voir que le seul moyen de vraiment pouvoir y parvenir, c’est de leur répliquer et de se battre pour sa vie.

Le premier film solo du réalisateur et scénariste français Vincent Paronnaud est une œuvre viscérale, intense, et même dérangeante, qui nous est présentée en première mondiale au festival. La bande-son de ce thriller d’horreur nous fait s’accrocher à notre siège, et ce, même malgré quelques longueurs au milieu du scénario. Le malaise que nous donne le psychotique “méchant loup”, est habilement balancé par l’innocence de la femme “au chaperon rouge” devenue guerrière, et les deux acteurs maintiennent cette forte tension jusqu’à la toute dernière minute du film. On pourrait voir en lui une représentation classique des relations toxiques et clichés entre hommes et femmes, mais elle nous est présentée et transformée pour devenir une sorte de conte folklorique et brutal de survie qu’on nous raconterait au bord d’un feu. Pour les amateurs de sensations fortes, Hunted est à ne pas manquer.

© Charade Films

La 24e édition du Festival international de films Fantasia se poursuit en ligne jusqu’au mercredi 2 septembre.

Vous pourriez aussi aimer...