Entrevue avec Jean-Carl Boucher

Un acteur surdoué, un jeune homme passionné

jeancarlboucher-7160

©Trystan Charest/MatTv.ca

Par Benjamin Comte

C’est avec un grand honneur que l’acteur Jean-Carl Boucher m’a retrouvé à la Croissanterie Figaro sur Hutchison, afin de se livrer sur son parcours et ses projets à venir.

Ce dernier est surtout connu pour sa performance dans les films 1981 et 1987 réalisés par Ricardo Trogi, où il se retrouve nommé dans la catégorie meilleur acteur au Gala des prix Jutra.

MatTv – À quel âge avez-vous commencé à être acteur?

Il y a maintenant dix ans, j’avais donc onze ans lors de mon tout premier court-métrage.

MatTv – Était-ce votre propre volonté ou celle de vos parents?

Quand j’étais petit garçon je voulais être réalisateur et avais pour idole Steven Spielberg. Je ne voulais pas du tout être acteur! J’étais très intéressé par le cinéma et je dévorais tous les films que j’avais sous la main. J’étais si curieux qu’un jour mes parents m’ont proposé de vivre cette expérience après l’école ou pendant les vacances, comme si cela était une activité parascolaire. J’ai par la suite été repéré par une agence qui m’a sollicitée pour diverses auditions, voici comment tout cela a commencé.

jeancarlboucher-7161

MatTv – Êtes-vous encore étudiant présentement?

Malheureusement acteur et étudiant ne se combinent pas bien… Quand j’avais douze ans, j’ai commencé une émission quotidienne à Télé-Québec du nom de Tactik. Pendant six ans, un tuteur me donnait des cours sur le plateau de l’émission, ce qui m’a permis de terminer mes études. Après le Cégep je me suis essayé à l’université, mais cela ne fonctionnait pas. Je suis arrivé à la conclusion que je vivrai pour le cinéma et que je ne peux rien faire d’autre. Rien ne me passionne autant!

MatTv – Pouvez-vous me parler de l’ambiance sur le plateau de tournage avec Ricardo Trogi?

C’était fantastique! Ricardo est à la fois l’une des personnes les plus drôles que je connaisse, mais il y a une grande part de sensibilité dans sa personnalité, ce qui crée un personnage complexe et plaisant. L’ambiance sur le plateau était folle, j’en garde un souvenir ému.

MatTv – Pourra-t-on bientôt parler d’une carrière à l’international? 

Oui très prochainement. Le 5 juin, je commence ma première journée sur le tournage de « History Of Love », un très beau film qui sera réalisé par Radu Mihaileanu, le réalisateur du film « Le Concert ».

MatTv – Vous avez raté de très peu le Jutras du meilleur acteur cette année en raison de la magnifique performance d’Antoine Olivier Pilon dans le film Mommy de Xavier Dolan. Êtes-vous déçu par cette décision ou le fait d’avoir été nommé dans la catégorie meilleur acteur vous suffit? 

Antoine est mon ami depuis longtemps, je suis simplement heureux pour lui. J’ai adoré ce film, je comprends et j’accepte que cette année soit l’année de Mommy. Je ne suis donc absolument pas déçu.

MatTv – Excepté Xavier Dolan, y a-t-il des réalisateurs avec qui vous aimeriez tourner? 

J’aimerais travailler avec Denis Côté et Podz pour le Québec. J’aime beaucoup le cinéma québécois, c’est un cinéma jeune avec un regard neuf. Pour ce qui est des États-Unis je me dirigerai plus vers Wes Anderson.

MatTv – Le film 1987 de Ricardo Trogi se déroule comme le dit le titre dans les années 80, vous êtes né en 1994, que peuvent donc vous inspirer ces années? 

Peut-être juste la musique, car je suis rendu à avoir un iPhone bourré de sons des années 80. Pour ce qui est du look, rien ne m’inspire, rien.

MatTv – Mes sources m’indiquent qu’il y aura une suite à 1987, pouvez-vous m’en dire davantage?

Oui effectivement il y aura une suite. Ricardo m’a brièvement parlé de l’histoire, le troisième film sera centré sur son périple dans le vieux continent (Italie, France…).

MatTv – Avez-vous déjà songé au théâtre?

Ce domaine me passionne également, j’ai joué dans la pièce Intouchables au Théâtre Du Rideau Vert mise en scène par René Richard Cyr, quelqu’un que j’admire énormément. Nous avons fait plus de cinquante shows et l’expérience m’a beaucoup apportée.

MatTv – Est-ce que votre notoriété vous rend service dans votre vie sociale ou amoureuse?

Je pense que je gère plutôt bien ma notoriété, l’erreur à ne surtout pas commettre est de penser vivre dans un autre monde. Il faut rester soi-même c’est essentiel.

jeancarlboucher-7158

©Trystan Charest/MatTv.ca

 

Vous pourriez aussi aimer...