Entre tes cuisses

Soirée érotique de TIBTP au Lion d’or

TIBTP_Cover

©Émil Baroon et Renaud Poirier

Par Maxime D.-Pomerleau

This Is Better Than Porn est un site de photographies et de nouvelles érotiques en ligne depuis 2012. Les auteures derrière le blogue qui stimule la libido cérébrale, Linakim Champagne et Olivia Lagacé, souhaitaient remettre l’humain au centre de la sexualité, dévalorisée dans ce discours médiatique qui associe trop facilement sexe assumé à pornographie. C’est dans la peau et le papier que le salut se trouve et, comme son nom l’indique, c’est bien meilleur que la porn.

TIBTP faisait le grand saut le 16 juin dernier avec une soirée théâtre au Lion d’Or ; Cet endroit entre tes cuisses, qui soulignait la sortie de leur deuxième recueil imprimé. Regroupant quelques uns des acteurs les plus audacieux de la scène émergente montréalaise, la poignée d’artistes a réussi son pari de nous immerger dans un univers érotique, excitant, beau et ludique, en ne franchissant jamais la ligne du mauvais goût.

TIBTP_HAHAH

Le rideau s’est levé sur des notes de guitare et la voix suave d’Akua Naru, dévoilant une jeune femme à califourchon sur un homme nu, assis sur une chaise. Elle se déhanche au rythme de la musique et on sent l’ardeur du désir monter dans les gestes des comédiens. Oui, do what you have to do baby. Alors qu’elle prend la parole pour nous chuchoter une aventure au détour d’une ruelle, elle est vite rejointe par les autres interprètes, qui se déshabillent aussi dans la lumière tamisée. Le nombre de corps nus contraste avec la scénographie dépouillée. Le numéro d’intro est l’un des plus réussis, plaçant l’érotisme au cœur d’un spectacle où le public devient captif d’une sorte d’intimité forcée.

Tout le monde se retrouve dans ces premières nuits évoquées, ces découvertes, ces petits deuils et ces questionnements. C’est l’urgence et la beauté du moment, la quête de jouissance, l’exploration, la connexion. Des amants, perdus en roadtrip à Baltimore, mais aussi confus dans leurs têtes et leurs cœurs qui ne savent plus trop ce qu’ils veulent. Ici le sexe sert de vase communicant, amenant les deux protagonistes à décrire chacun leur tour la scène, détachés de l’action. Le processus est efficace et bien répété plus loin dans le spectacle.

Au retour de l’entracte on a droit au show de wet T-shirt le plus empowering jamais fait, sur un I Want to Know What Love Is bien senti. On ne pourra plus jamais voir la chanson de Foreigner de la même manière dans un karaoké. Après quelques galipettes dans l’eau on glisse vers l’anecdote de bar de danseuses racontée par Katia Lévesque. Le point de vue féminin est rafraîchissant et amène l’histoire loin des clichés, plus près des sentiments que de la chair.

TIBTP_WetTshirt

Entre le word battle de mots tendres, le fourrage à reculons et les orgasmes avec ce truc paradisiaque (on va mettre quelque chose au clair : le poing G est sur la tête), on sent l’inégalité dans la force des tableaux mais c’est surtout les multiples facettes du désir qui nous sont montrées qu’on retient. On voit beaucoup de fesses et forcément moins de pénis que de seins, mais c’est dans cette nudité franche et assumée, ces corps imparfaits et ces récits auxquels on s’identifie que TIBTP frappe dans le mille.

This Is Better Than Porn c’est la sexualité réincarnée

C’est la lumière réfléchie sur la peau nue

Les complexes caressés

C’est la caliss de célébration des corps

C’est se rapprocher du grain de beauté de l’absolu

Vouloir glisser son pied sur celui de l’homme à côté

C’est la vulnérabilité, même pas kitsch, même pas overratée

Les soupirs, les sourires, le sang qui bouillonne

C’est se faire venir juste en se regardant

C’est la sensualité 3D sans les lunettes

La mise en scène soignée de Jérémie Francoeur met de l’avant l’aspect charnel des textes et la finesse des interprétations. Ni trop soft, ni trop crue, elle sert bien la subtilité du propos et la complexité du sujet. C’est réfléchi, comme ce miroir brillamment utilisé pour assouvir nos envies de voyeurisme en fin de soirée.

TIBTP_Foule

L’Audition, sur la musique de Låpsley, présente un François-Olivier Aubut dirigeant la danse lascive d’une amante, avec des notes aussi précises qu’un réalisateur. On arrive à voir la chambre, la lumière, les gestes, la peau. Sa voix et sa posture évoluent au cours de la danse; son regard passe du désir à l’amour et les 20 dernières secondes où il semble incapable de parler frôlent la perfection. C’est dans cette atmosphère chargée que le spectacle s’est terminé peu avant une heure du matin.

Ça n’a pas été long que le Lion d’Or s’est vidé; sans doute des nombreux couples partis évacuer le trop plein d’excitation accumulée. Pour les Shazameux de ce monde (dont je faisais partie ce soir-là) l’équipe de TIBTP a rendu disponible sa sexy soundtrack sur Youtube. Vous avez donc tous les éléments en main pour reproduire cette soirée à votre appartement, avec l’être aimé. En attendant une prochaine expérience théâtrale signée This Is Better Than Porn, suivez leur compte Instagram et laissez-vous titiller par les mots coquins de Linakim et Olivia.

Crédit photo: ©Émil Baroon et Renaud Poirier

Écrit par

Geekette de la musique de champ gauche, passionnée de culture et de médias, animatrice radio, artiste en performance et petite voyageuse. Doyenne des collaboratrices de MatTv.ca!

Vous pourriez aussi aimer...