un magazine web axé sur la culture d’ici

Emilie & Ogden lance « 10 000 »

Mission accomplie pour Emilie Kahn

emilie_and_ogden2

© Secret City Records

Par Sara Avakian

Quelques semaines avant de s’envoler vers l’Europe pour une série de spectacles, Emilie & Ogden nous conviait au Gesù, vendredi, pour le lancement de l’album 10 000.

Je me souviens encore de la première fois que j’ai entendu Emilie & Ogden. La chanteuse assurait la première partie de Half Moon Run dans une petite salle de spectacle à Saint-Hyacinthe. Dès son arrivée sur scène, elle m’avait captivée. Il faut dire que de nos jours, c’est plutôt rare que la harpe soit au premier plan lors d’un concert. C’était surtout l’instrument, mais aussi l’univers singulier qu’il formait une fois mêlé avec la voix éthérée d’Emilie Kahn, qui avait piqué mon intérêt.

Deux ans plus tard, même effet.

On aurait difficilement pu choisir un lieu plus approprié que le Gesù pour ce lancement. La disposition des sièges autour de la scène et l’éclairage tamisé créaient une ambiance intime qui s’agençait parfaitement avec la musique. Et que dire des petites lumières de Noël blanches qui habillaient le plafond et le plancher de la scène? C’était vraiment mignon, digne d’un tableau Pinterest!

Juste après avoir lancé le bal avec Nothing New, la chanteuse de 24 ans a tout de suite été rejointe par ses musiciens, Francis Ledoux à la batterie et Dominic Lalonde à la guitare et à la basse, pour nous interpréter 10 000 en son intégralité. À part quelques brefs moments où l’on sentait que les autres instruments prenaient un peu le dessus sur la voix d’Emilie et le son de sa harpe, tout coulait bien. Si bien qu’on – et elle – a à peine vu le temps passer. Les pièces s’enchaînaient naturellement, interrompues seulement pour faire part d’anecdotes liées à l’écriture et l’enregistrement, et pour présenter les multiples invités spéciaux. Parmi ceux-ci, il y avait Clément Leduc, du groupe électro Hologramme, qui était aux claviers pendant une partie du spectacle. La musicienne Erla Axelsdottir ajoutait quant à elle une profondeur à Dream en jouant le cor français. Et finalement, Marianne Houle, Julie Boivin, Ingrid Wissink et Frédérique Tanguay-Gagnon (qui forment le quatuor à cordes de Monogrenade) nous ont donné des frissons sur Closer et ont aidé à clore le spectacle en force sur White Lies.

« I’m so tired and so happy! », a lancé la chanteuse qui se remettait d’une longue semaine d’entrevues, dont une pour l’émission de radio Q à Toronto le jour même. « I just hope I can go through this without crying », a-t-elle ajouté en riant, visiblement émue, avant d’entamer son discours de remerciement. Valsant entre l’anglais et le français, Emilie a pris les minutes suivantes pour bien remercier tous ceux qui ont participé de près ou de loin à son précieux projet qu’est Emilie & Ogden : ses parents, ses musiciens, son producteur Jesse Mac Cormack, son label Secret City Records, son équipe… « J’espère que cet album signifiera quelque chose pour vous », a-t-elle avoué juste avant sa dernière chanson.

Moment from the album launch (aka the most magical night of my life) captured by Yani Clarke. Merci infiniment à tous…

Posted by Emilie & Ogden on Sunday, 4 October 2015

10 000 est présentement en vente en magasins et sur iTunes.

Emilie & Ogden sera de retour au Québec à la fin novembre après une quinzaine de prestations de l’autre côté de l’Atlantique et aux États-Unis. Pour connaître tous les détails sur ses dates de spectacles, cliquez ICI.

Liste des chansons

Nothing New
Babel
Ten Thousand
Blame
Closer
Long Gone
Go Home
What Happened
Hold Me Down
Dream
White Lies

Partagez

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email