Désirée : première montréalaise

Une Désirée tant attendue

© Mélodie Guay/MatTv.ca

Par : 

C’est seule, derrière son piano, éclipsant la lumière en arrière-plan, que Désirée a entamée les premières notes de sa première prestation Les dessins, tiré de son tout premier album Madeleine. L’auteur a choisi d’accueillir son auditoire au Club Soda pour son entrée montréalaise le 10 octobre dernier. Avec une mise en scène de Robert Bellefeuille, l’artiste émergente nous a permis une intrusion dans son univers à la fois naturel et empreint de mélancolie.

Sa voix rauque et feutrée nous a propulsés dans des escalades de notes poussées pour mieux apprécier la justesse et la puissance de ses paroles, et ce, tout au long de ses prestations. Des textes et des arrangements qui nous transportent dans un univers fragile et rempli d’émotions pures. Un auditoire subjugué par la douceur et la puissance qui s’entremêlent à tous moments.

En poursuivant avec Au sommet, ses musiciens Jérémie Dallaire, Samuel Cadieux ainsi que Bruno St-Laurent se sont joints à elle pour la continuité de la soirée. Jouant sur les rythmes pour nous offrir des sons suaves et jazzés nous permettant de chavirer à tout coup sous la voix de l’hypnotisante Désirée.

Lors de la soirée, elle s’est amusée à nous replonger dans la frénésie de ses débuts médiatisés lors de sa découverte à La voix 5, en interprétant Ayoye d’Offenbach ainsi que Je déteste ma vie de Pierre Lapointe. Deux interprétations qui nous séparent de sa propulsion depuis son titre de demi-finaliste dans l’équipe d’Éric Lapointe en 2017 et s’avouant vaincue par Ludovick Bourgeois. Rappelons que les quatres coachs et les téléspectateurs étaient restés stoïques lors de son audition à l’aveugle en entendant la jeune artiste s’évertuer pour obtenir sa place tout en valsant ses doigts sur les touches noires et blanches du piano.

Se sont joint à elle, à titre d’invités, Anthony Beaulieu, saxophoniste lors de Madeleine, et Miro, violoncelliste avec Guillaume Beaulieu, violoniste lors de Fanée. Des interprétations remarquables. Puis, un interlude musicale par Bruno St-Laurent qui nous a bercé sur les notes du piano.

C’est donc avec ses qualités d’interprète que son public s’est laissé envoûté par Désirée. Se laissant traverser l’échine à tout coup par Légendes, S’il te plaît (Pierre Lapointe), Nos amours à la craie, Fanée, Le mal de mer, Les pauvres (Plume Latraverse), Madeleine et Laisse-moi tomber. Une finale où l’auditoire a su apprécié le dynamisme plus rythmé pour se joindre à cette énergie et ainsi poursuivre dans un déferlement d’applaudissements. Une acclamation hautement méritée pour l’auteure-compositrice-interprète à qui le public clame son amour et son appréciation.

Notons la générosité de Désirée de nous avoir fait connaître, en première partie, Laura Babin, jeune artiste au style folk qui promet grandement. Une jolie découverte.

Vous pourrez suivre Désirée en tournée à travers le Québec, c’est ici.

 

Crédit photo :  © Mélodie Guay

Texte révisé par : Johanne Mathieu

Vous pourriez aussi aimer...