Coup d’envoi du MEG avec Dear Criminals

Ces chers criminels qui ont envoûté la Sala Rossa

MEG-DearCriminals-Charles Prot_6

Crédit © Charles Prot

par Mélissa Thibodeau

Fantastique coup d’envoi du festival MEG jeudi soir à la magnifique Sala Rossa avec les grooves intrigantes, envoûtantes et chimiques (?) des Dear Criminals, Secret Secret Girl et de Doldrums. Et comble de joie, j’étais là pour en profiter pendant une partie de la soirée.

J’avais hâte de voir ces chers criminels en chair et en os. La preuve, j’étais la première à entrer dans la salle (à part évidemment les artistes, quelques membres de leur entourage ainsi que des gens qui travaillent à la Sala Rossa). Un véritable flirt musical a commencé entre mes oreilles et Dear Criminals il y a de cela quelques semaine et je pense qu’après leur spectacle, une véritable romance vient de s’installer.

Dear Criminals est le projet musical parallèle de Frannie Holder, Vincent Legault (tous les deux membres de Random Recipe) et Charles Lavoie (lackofsleep, b.e.t.a.l.o.v.e.r.s.). Ensemble, ils façonnent une folk electro sombre, romantique, sensuelle et avouons-le, sexy as hell (pardonnez moi l’expression).

MEG-DearCriminals-Charles Prot_3

Crédit © Charles Prot

D’entrée de jeu, le trio a attisé l’attention du public avec Crave enchaîné du déroutant Lover’s Suicide. Sur scène, le groupe est calme, dans le moment. On est chill. On ne cherche pas à attirer l’attention, on joue et les autres n’ont qu’à se joindre. Ce public qui faisait son gêné à prime abord n’a pas tardé à voguer dans la même vague que Dear Criminals. Il était attentif, capté, se berçant au même rythme que les membres du groupe.

C’est dans cette atmosphère quelque peu intimiste que la prestation s’est poursuivie avec Storm. Les arrangements musicaux minimalistes laissent la place au silence, à l’introspection. Les voix de Frannie et de Charles échangent, s’unissent, s’éloignent mais ne se séparent jamais vraiment.  Avec vulnérabilité, on chante des pièces marquantes, à propos de ces amours qui écorchent, qui déroutent : les paroles de Took It From Me persistent encore dans mon esprit… « Drank up all the ocean made it dry… »

Dans la voix de Frannie, on dénote parfois une ressemblance avec Beth Gibbons de par sa merveilleuse voix feutrée, un peu fragile et sa livraison. Quand on l’écoute chanter « If I gave you a color, would you paint me a sky? » (de Crave), on dénote l’influence de la chanteuse et parolière de Portishead.

MEG-DearCriminals-Charles Prot_1

© Charles Prot

Avec Face the Odds, Frannie retourne à une livraison plus parlée que chantée, nous rappelant ici le côté plus hip hop de Random Recipe.  La voix de Charles est toute autant déconcertante. Le sentiment de désir que l’on retrouve, celui de vouloir quelque chose que tu ne peux pas, entre autres, dans Slowdisco, me met à l’envers. Mais c’est OK, on aime ça.

Dear Criminals a aussi offert une belle version éthérée de la pièce Over and Over du groupe britannique Hot Chip. L’action s’est ensuite dirigée vers son apogée avec Petite mort pour nous achever joliment avec Broken Land/Our Shelter.

Je suis sortie de la salle inspirée, épuisée mais satisfaite. À une prochaine fois.

 

Pendant que nous n’étions pas là…

Pour des raisons hors de mon contrôle, j’ai dû partir après la prestation de Dear Criminals, manquant ainsi les performances de Secret Secret Girl et Doldrums. Partie remise, je vous dis! En attendant, je vous partage tout de même  leur musique en espérant les voir en vrai bientôt.

Secret Secret Girl qui se décrivent comme une cérémonie de mariage chimiquement informée.

Doldrums offre une sub pop vascillant entre mélodies synthétiques, musique psychédélique et vagues noises. On dit qu’il ne laisse personne indemne. À voir par vous-même.

Crédit photo: (couverture) LePetitRusse

Vous pourriez aussi aimer...