#CCF17 : Samuele et Julie Aubé

Expérimenter la musique autrement

14

     ©Maryse Phaneuf/MatTv.ca

Par Mélissa Thibodeau

Les univers musicaux de Samuele et de Julie Aubé semblent peut-être éloignés l’un de l’autre, mais ils se complétaient bien, mercredi soir à La Sala Rossa, dans le cadre du Coup de coeur francophone. De plus, on avait permis à la musique de dépasser les murs du son, alors que des interprètes avaient pris place sur la scène afin de traduire la musique et les mots en langue des signes québécoise.

Julie Aubé
La soirée débuta tout d’abord avec Mme Aubé. Cette résidente de la vallée de Memramcook, dans le sud-est du Nouveau-Brunswick, n’est pas une débutante de la scène. En tant que membre du groupe indie-folk Les Hay Babies, elle a offert plusieurs centaines de spectacles au Canada, aux États-Unis et en Europe. Mercredi soir, pourtant, elle offrait son premier «vrai» spectacle solo afin de présenter des extraits de son album, le superbe Joie de vivre, paru en septembre dernier.

Je mentirais si je disais que je n’ai pas ressenti une certaine nervosité de la part de la principale intéressée. Déjà en partant, sa guitare achetée à l’Armée du Salut (de son propre aveu) peinait à se faire accorder. Malgré tout, celle qui se considère comme étant la plus «gênée» des Hay Babies ne semblait pas se laisser déstabiliser, ce qui peut faire pardonner bien des pépins techniques.

12

Et c’est tant mieux, car il est à la fois apaisant et stimulant d’explorer le monde créatif de Julie Aubé. Il y a décidément une force tranquille dans sa poésie franche et personnelle qui chante l’envie comme l’ennui, les non-dits entre les gens… Sa plume démontre une grande empathie envers les personnages de ses chansons, même si parfois, ils peuvent prendre des décisions douteuses. Il y a une maturité palpable dans son œuvre qui fait qu’elle se sied bien dans un rock plus vintage. Elle ne détonne pas même lorsqu’elle décide de chanter un blues en français à travers la perspective d’une femme!

C’était peut-être le premier spectacle de son projet solo, mais la dame n’était pas seule sur scène, alors qu’elle était accompagnée des solides musiciens Mike Trask, à la batterie et parfois à la voix, Marc Doucet à la basse et Christien Belliveau, à la guitare. Ensemble, ils ont vogué à travers quelques extraits de l’album Joie de vivre pour terminer avec une reprise bien réussie de Zig Zag Wander de Captain Beefheart. Pour l’occasion, l’interprète Annie Brisebois a interprété les mots de l’Acadienne en langue signée québécoise.

4

Samuele
De la force tranquille et plutôt introvertie de Julie Aubé, on passe à la force engagée de Samuele. Il y avait de la brillance dans l’air et je ne parle pas seulement des costumes de scène! Samuele offre sa poésie intime sur fond rock and folk teinté de blues où les chansons se mêlent au spoken word. On s’accroche à ses mots, ses anecdotes. Elle est naturelle sur la scène et elle ose s’engager là où plusieurs sont plutôt frileux.

D’ailleurs, c’est peut-être grâce à cette ouverture que l’on a approché Samuele pour lui proposer que ce concert soit entièrement interprété en langage des signes afin que des personnes malentendantes ou atteintes de surdité puissent avoir elles aussi l’expérience du concert. D’ailleurs, le plus récent vidéoclip de Samuele, La révolte, avait été interprété en langue des signes québécoise. Les interprètes dans la vidéo, Annick Morisson et Marie-France Sabourin, ont également pris part au concert de mercredi; elles ont traduit les mots et la musique de Samuele à tour de rôle, et parfois ensemble.

8

Samuele et les musiciens qui l’accompagnent se sont donnés à fond : Jean-Sébastien Brault-Labbé (batterie et réalisateur de l’album), Alexandre Pépin (basse et contrebasse), Julie Miron (guitares), Gabrielle Smith (cuivres) et Elizabeth Rogers (cuivres). Soulignons que le fils de Samuele, Maël, à la clarinette, partageait la scène avec sa mère pour la toute première fois. Un fait que la principale intéressée nous a avoué avec grande fierté. Samuele sera sur la route à plusieurs reprises cet hiver ainsi que le printemps prochain. Pour en connaître davantage sur cette artiste : samuelemusique.com.

 

Crédit photo : ©Maryse Phaneuf/MatTv.ca
Texte révisé par : Marie-France Boisvert

Vous pourriez aussi aimer...