La magie de Casse-Noisette pour Noël

Vous êtes convié à une grande fête

dsc06869_1
© Gabriel Talbot / MatTv.ca

Quand on pense aux Grands Ballets Canadiens et au temps des Fêtes, on ne peut s’empêcher de songer à Casse Noisette, un ballet qui est rapidement devenu un icône incontournable hivernal. Comme nous avons pu le constater samedi dernier, lors de la première représentation de la saison 2016, cette tradition, qui se renouvelle depuis maintenant plus de cinquante ans, continue toujours de briller de mille feux.

Amoureuse de ce conte depuis ma tendre enfance, j’étais très fébrile à l’idée d’assister à ce spectacle. En apercevant le décor magnifique sur place, j’avais encore plus hâte : un écran représentant un paysage enneigé est aménagé sur la scène, elle-même encadrée d’une structure de bois représentant le casse-noisette, le docteur Drosselmeyer et plusieurs autres motifs rappelant Noël. Juste avant le début du spectacle, le public a pu visionner, un extrait de la répétition de Julie Snyder qui interprétait, le temps d’une représentation, le rôle de la grand-mère de Clara.

dsc06919_1
© Gabriel Talbot / MatTv.ca

Lorsque le spectacle se met en branle, nous assistons à une bataille de boule de neige entre plusieurs enfants, et nous pouvons également apercevoir plusieurs adultes habillés de manière très chic, qui semblent se rendre à une grande fête les bras chargés de paquets. Par la suite, nous entrons dans un grand manoir au centre duquel trône un énorme sapin illuminé, sorti tout droit de nos rêves les plus fous. C’est alors que la fête commence, plusieurs enfants font des bêtises alors que les plus grands valsent et papotent entre eux. Même si le tout se déroule sans la moindre parole, il est très facile de s’imaginer le scénario et d’embarquer à pieds joints dans l’histoire. Durant la fête, la petite Clara reçoit un magnifique casse-noisette de la part de son oncle Drosselmeyer. Enchantée, elle porte une telle affection au jouet qu’elle ne le lâche pas de la soirée et s’endort à ses côtés.

Pendant la nuit, le casse-noisette prend vie et s’engage dans un combat sans merci avec le roi des rats. Une chorégraphie savoureuse qui met en scène des mouvements précis et des costumes élaborés de manière hallucinante. Clara sera transportée dans une forêt magique où des danseurs exécutent des figures gracieuses et majestueuses, la féérie se poursuit lorsque les flocons se mettent à tomber sur la scène et que Clara et le casse-noisette partent sur un chariot tiré par des cerfs argent. Ce moment est sans aucun doute mon coup de cœur du spectacle.

dsc07094
© Gabriel Talbot / MatTv.ca

La deuxième partie, saura définitivement plaire aux enfants, mais laissera peut-être quelques adultes dans l’ennui. Ayant quitté la forêt de neige, Clara et son prince se retrouvent dans le monde de la fée Dragée, un univers doré où les sucreries sont aux rendez-vous. La première partie m’a carrément séduite même si je m’attendais à des chorégraphies un peu plus complexes. Le deuxième acte a su combler ces attentes avec des numéros de groupes offrant des mouvements plus poussés et grandioses. Cependant, j’ai eu plus de difficulté à accrocher sur les numéros en duo. Les danseurs portent des habits de différentes nations qui ne semblent pas concorder avec le reste du spectacle, de plus, plusieurs numéros misent sur le rire, le cabotinage, et les figures clownesques, ce qui peut devenir un peu irritant à la longue et brise l’uniformité de la production.

Malgré les quelques bémols du deuxième acte, le spectacle reste magique. Avec des mouvements exécutés au quart de tour chorégraphiés par Fernand Nault, la musique originale de Tchaïkovski qui continu de séduire, même après plus d’un siècle, les costumes colorés et les décors à couper le souffle, tout est présent pour vous offrir du bon temps. Casse-Noisette est présenté à la salle Wilfrid Pelletier de la Place des arts du 10 au 30 décembre 2016. Allez-y, gâtez-vous et finissez l’année en beauté.

Texte révisé par : Ho-Chi Tsui

© Gabriel Talbot / MatTv.ca

 

 

Vous pourriez aussi aimer...