Buika au FIJM

Émotion et intensité

Buika_Jazz2017©Frederiquemenardaubin-2-12

© Frédéric Ménard-Aubin

Par : Marie-Christine Jeanty

Buika a de nouveau ébloui le public montréalais lors de son passage au Théâtre Maisonneuve dans le cadre du Festival international de Jazz de Montréal. Fidèle à son habitude, elle a livré chaque pièce musicale avec intensité et émotion. Nous en avions la chair de poule. Concha Buika dit Buika a principalement présenté les pièces de son plus récent album Para mi, mais elle a bien sûr joué certains morceaux fétiches de ses albums précédents comme No Habra Nadie En El Mundo pour notre plus grand plaisir.

André Ménard, cofondateur du FIJM, a remis à Buika le Prix Antonio-Carlos-Jobim. Ce prix récompense un artiste ou un groupe qui s’est particulièrement démarqué dans le domaine de la musique du monde, un genre musical dont les métissages culturels ont indéniablement influencé l’histoire du jazz. Buika succède à Lila Downs. Les lauréats précédents sont notamment Amadou et Mariam , Youssou N’Dour , Richard Bona , Gilberto Gil , Angélique Kidjo  et Ibrahim Ferrer.

Buika_Jazz2017©Frederiquemenardaubin-2-6

La voix rauque et puissante de Buika, son charisme et la profonde intensité de sa musique ne laisse jamais le public indifférent. C’est une artiste d’une telle générosité qui a donné à son public deux rappels à la fin du spectacle. Buika originaire des quartiers plus pauvres de Majorque (elle nous l’a d’ailleurs rappelé sur scène) est une autodidacte qui puise les racines de sa musique bien sûr le flamenco (elle a grandi parmi les gitans), mais aussi le jazz, l’afrobeat (elle est équato-guinéenne d’origine) et le reggae.

Cosignataire de l’album Mestizüo en 2000, elle a fait paraître son premier album personnel, Buika, encensé par la critique en 2005. Le succès international lui vient en 2007 avec l’album Mi Niña Lola, récompensé aux Latin Grammy Awards et disque d’or en Espagne. Buika s’établit ensuite à Miami, collabore avec Chucho Valdés sur El Ultimo Trago en 2009 (hommage au légendaire chanteur mexicain Chavela Vargas). Après Se Me Hizo Facil en 2010, elle prête sa voix au cinéaste Pedro Almodovar dans La Piel que habito en 2011 et fait paraître la même année En Mi Piel. Elle signe avec La Noche Más Larga en 2013 un album de compositions et de reprises de Jacques Brel et de Billie Holiday.

Texte révisé par : Annie Simard

Vous pourriez aussi aimer...