un magazine web axé sur la culture d’ici

Barka, le concert de la joie de vivre

On largue les amarres, embarquez.

Crédit photo : Gabriel Talbot

Par : Cyriel Truchi-Tardivel

Le Festival Montréal Complètement Cirque 2022 démarre en fanfare avec la présentation de la nouvelle création de la compagnie pluridisciplinaire Girovagon : Barka.

Un concert savant, mélange de musiques entraînantes, de numéros de cirque, de personnages haut en couleur et d’un soupçon de folie.

Il faut dire que les créateur.rice.s de Gypsy Kumbia Orchestra ont un merveilleux savoir-faire et n’en sont pas à leur premier coup d’essai; la fête il.elle.s connaissent.

Dans Barka, un joyeux équipage nous emmène à bord de son bateau construit de ses mains. Peu importe la destination, ce qui compte, c’est le voyage. Celui-ci est coloré, festif et tout en musique.

Et quelle musique!!! Les acrobates sont musicien.ne.s, danseur.seuse.s et tou.te.s doux.ces rêveur.se.s. Des cuivres, de l’accordéon, des percussions, un violon et des voix qui s’entremêlent nous emportant loin sur la mer. C’est rythmé, c’est dansant, c’est un bonheur. D’ailleurs, le public est invité à se lever et à danser, à chanter, à vibrer avec cette joyeuse troupe.

Visuellement c’est coloré et bien pensé. La scène étant organisée comme un navire, la roue Cyr se transforme en barre à la proue du navire, la mât chinois demeure le mât et l’orchestre à l’arrière observe les vents, pendant que l’équipage danse sur le pont. Les danseur.seuse.s portent des grandes jupes qui s’envolent au son des notes, et c’est un défilé de chapeaux haut de forme, melon, casquette de marin… que l’on porte fièrement sur la tête. Les caisses du navire s’empilent pour créer un terrain de jeu propice aux circassien.ne.s, tout comme la planche qui offre quelques émotions fortes.

Crédit photo : Gabriel Talbot

Il est vrai que Barka peut être plus défini comme un concert mis en scène, cependant les numéros de cirque sont bien pensés et merveilleusement exécutés. Les quilles deviennent des poissons fraîchement pêchés, la vigie, tremblante devant la tempête, s’entête sur son mât chinois, le reflet de l’eau crée un numéro en duo onirique… Mais surtout quel bonheur de voir des artistes passant d’acrobatie à l’exécution d’un morceau de musique avec leur instrument. On en revient aux origines du cirque et des histrions, là où les artistes, sur la route, formaient une famille, affrontant tout ensemble, et possédant ô combien de cordes à leur arc.

Crédit photo : Gabriel Talbot

L’accent est mis sur la danse, le mouvement et principalement la célébration. Cela mis en scène et chorégraphié par le très beau travail de Carmen Ruiz. Cet équipage loufoque nous embarque avec lui. Le public a le sourire aux lèvres, chante et danse. C’est un beau voyage, un voyage vers l’inconnu, un voyage humain portant un beau message d’espoir.

Vous pourriez être intéressé par cet article :

Gypsy Kumbia Orchestra

 

Crédit photo : Gabriel Talbot

 

 

Partagez

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email