un magazine web axé sur la culture d’ici

Anik Jean présente son 6e opus

Love in Silence, un album inspiré par le décès de son père

© François Daoust / Mattv

Par : Christian Gaulin

Après une longue absence musicale de six ans, Anik Jean dévoile au grand public aujourd’hui, le 22 octobre, son 6e album, Love in Silence. Mercredi soir, médias et amis étaient conviés au lancement médiatique au Club Soda. Même s’il a été conçu dans un contexte de profonde peine, cet opus majoritairement anglophone se veut lumineux et rafraîchissant. Imprévu, mais apaisant pour Anik, il est né à la suite du décès de son père, il y a 13 mois, et lui a servi à mettre un baume sur ses blessures et la grande tristesse qui l’habitait.

En héritage, Rolland Jean avait laissé à sa fille une vieille guitare, qu’elle a commencé à utiliser quatre mois après sa mort. Deux semaines plus tard, l’écriture de l’album était terminée. L’inspiration lui est venue de manière instantanée, a-t-elle confié. Tous les enregistrements de guitare acoustique ont d’ailleurs été réalisés sur cet instrument.

Pour cette soirée riche en émotion et en fébrilité, c’est son conjoint des 12 dernières années, Patrick Huard, qui a introduit la chanteuse sur scène. À la blague, il s’est d’ailleurs lui-même présenté comme étant « Patrick Jean », laissant ainsi toute la place et toute la notoriété qui revenaient à sa blonde. Au cours de cette soirée qui se déroulait en mode Covid, Anik Jean a offert en prestation cinq chansons dont Love in Silence, la pièce-titre de l’album qui se veut une magnifique ballade, Let’s Go Down, Fall Asleep, aux sonorités très actuelles, La nuit, une superbe et douce chanson en français, la seule de l’album d’ailleurs, et finalement Live or Die, aux accents country, des plus rythmées et entraînantes.

Pour ce dernier-né comptant neuf pièces musicales, Anik Jean s’est notamment entourée de Mike Garson, pianiste de David Bowie, pour les chansons Fall Asleep et Junkie de toi. Le légendaire guitariste Steve Hill a, quant à lui, participé à Live or DieLet’s Go Down et Waiting for the Miracle. L’artiste reprend cette chanson de Leonard Cohen, en guise de clin d’œil à son père, grand admirateur du disparu compositeur anglo-montréalais. Elle l’interprète en duo avec Kevin Parent, un autre artiste que son père adorait. Quant à la photo figurant sur la pochette de Love in Silence, elle a été prise sur le lieu de décès de son père avec l’appareil-photo de ce dernier. On y aperçoit la fameuse guitare au sol. Un beau clin d’œil à son papa…

Love in Silence est disponible dès aujourd’hui en version numérique et en vinyle. On peut se le procurer sur le nouveau site anikjean.ca. Celui-ci marque un changement de cap pour l’auteure-compositrice-interprète, qui vend désormais tous ses produits sur sa propre plateforme. L’artiste, qui a fait la première partie des Rolling Stones au Centre Bell en janvier 2006, remontera sur scène avec son spectacle Duel à l’automne 2022, après une absence de 13 ans.

Les chansons que l’on retrouve sur l’album nous arrivent comme un vent de fraîcheur. L’album Love in Silence a une sonorité moins rock et moins « marginale » que l’on associe habituellement à Anik Jean, rendant ainsi le produit plus accessible et davantage grand public. Ce 6e opus  vient confirmer et renforcir le grand talent de l’auteure-compositrice-interprète. Une bien belle découverte à s’offrir!

Pour en savoir davantage sur Anik Jean : Site Internet officiel et Facebook.

Discographie : Le Trashy Saloon (2005), Le ciel saigne le martyre (2008), Anik Jean (2010), Schizophrène (2013), Lost Soul (2015) et Love in Silence (2021).

Crédit photos : François Daoust (Bazzphoto.com)

Texte révisé par : Johanne Mathieu

Partagez

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email