(Re)vivre la magie d’Harry Potter

Une première année à l’école des sorciers

Harry-Potter-and-the-Sorcerers-Stone-movie-poster
©Warner

Par: Anny Lemire

Même si le dernier opus cinématographique a pris l’affiche il y a maintenant six ans, la folie Harry Potter ne s’estompe pas. Après sept livres, une pièce de théâtre et huit films (ainsi qu’un spinoff avec les Animaux fantastiques), les fanatiques de la franchise ne sont toujours pas encore rassasiés. Ce n’est donc pas surprenant que lorsque la compagnie Attila Glatz Concert Productions a annoncé un visionnement spécial du premier film, la nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre et a attiré bien des curieux.

C’est à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des arts, qu’a eu lieu, le 8 et 9 avril dernier, l’événement tant attendu : un concert symphonique regroupant un orchestre talentueux qui nous a fait vivre maintes émotions en interprétant avec brio la trame sonore de John Williams et une projection en haute définition d’Harry Potter à l’école des sorciers en version originale sous-titré en français. Pour l’occasion, nombreux étaient ceux qui démontraient leur tendre affection pour le monde magique. En arborant fièrement leur foulard et parfois même une robe de sorcier complète, plusieurs membres du public affichaient clairement leur appartenance aux différentes maisons de Poudlard, l’école de sorcellerie.

youtube1
©Youtube

Il est certain que l’attrait principal de ce spectacle n’était pas le visionnement. Le film demeure inchangé, donc si vous l’avez vu mille et une fois (comme moi), vous n’aurez aucune surprise, c’est exactement le même bon vieux classique de Warner qui a vu le jour il y 16 ans, en 2001. La vraie magie de cette représentation spéciale réside dans la force de l’orchestre comprenant 84 instruments et dirigée d’une main de maître par Sarah Hicks. Un son époustouflant, puissant et émouvant qui résonne en nous comme si c’était la toute première fois qu’on entendait la trame sonore, et qui donne un nouveau souffle à l’œuvre. Par moment, j’étais complètement hypnotisée par les musiciens, je ne regardais plus du tout le film.

Cette expérience était exaltante et est un must pour les hardcore fans. Se retrouver dans une salle en compagnie de gens qui partagent la même passion que soi est toujours enivrant, ça l’est encore plus quand la foule partage de nombreux rires pendant les scènes les plus cocasses de nos personnages fétiches.

hp
©Warner

Si vous avez manqué ce concert hallucinant, sachez que vous pourrez vous reprendre avec la projection du deuxième film en ciné-concert les 21 et 22 octobre prochains. Les billets seront en vente dès le 22 avril sur le site web de la Place des arts.

Texte révisé par : Matthy Laroche

Vous pourriez aussi aimer...