Voix V – Deuxième ronde des duels

Soirée remplie de rebondissements

LV5_Duels2_Joelle VS Margau 4

© OSA IMAGES ET TVA

Par Marie-Eve Archambault

Hier soir, nous avons assisté à une deuxième ronde des duels bien arrosée où les vols étaient à l’honneur. Encore une fois, 16 candidats s’affrontaient pour garder leur place dans l’aventure de La Voix. Pour être franche, pour une fois, ce fut un vrai divertissement pour nos oreilles, puisque nous avons eu droit à des interprètes de haut calibre en plus de voir de belles interprétations diversifiées. Je ne saurais arrêter mon choix sur une prestation en particulier, mais pour la cause, voici les grandes lignes.

Pourquoi ne pas ouvrir encore une fois l’émission avec une prestation qui nous épatera? Bien sûr, la production a déjà tout pensé à cela. La tâche de nous éblouir avait été remise à Margau et à Joëlle de l’équipe de Marc Dupré où la compétition entre la jeunesse et l’expérience était au rendez-vous. Malgré tout, ce fut une décision difficile pour le coach qui a décidé d’arrêter son choix sur l’interprète de 16 ans, Margau, pour avoir prouvé son assurance à un si jeune âge.
 LV5_Duels2_Jay VS Sam 3
© OSA IMAGES ET TVA
J’avais bien hâte de revoir Sam Tucker et Jay Lavigne chanter, mais jamais au grand jamais je me serais attendue à ce que les deux candidats s’affrontent lors du duel. Pourquoi mettre deux de nos plus grands atouts dans le même combat? Une interrogation d’un téléspectateur m’a fait sérieusement réfléchir. Serait-ce pour balancer les équipes, puisque celle de Pierre Lapointe est, à mon avis, nettement supérieure aux autres? Toutefois, on ne pourra pas se plaindre sur le rendu de cette performance qui m’a, avouons-le, donné la chair de poule.
LV5_Duels2_Cindy VS Sebastian 1
© OSA IMAGES ET TVA
Suis-je la seule qui voyait les choix des coachs venir avant même les commentaires? Suis-je également la seule qui trouve que, bien que les auditions soient à l’aveugle, il y a des candidats avantagés par le statut qui les précède? Isabelle Boulay ne cesse de vanter les talents d’interprétation de Cindy Daniel. Certes, elle est magnifiquement talentueuse, mais je trouve qu’il y a un avantage qui se crée malgré elle, puisque les coachs peuvent se fier à ses performances précédentes.
Encore une fois, ce fut un duo – puisque je l’ai vu plus en duo qu’en duel – où la précision, autant pour Cindy que Sebastian, rendait les mots et les mélodies de Jacques Brel doux à mes oreilles.

Finalement, le duel qui a fait le plus réagir la toile hier soir est sans équivoque celle de Louis-Paul Gauvreau et de Rose Langis. Tout en restant objective, je vous relate les deux parties dans cette discussion. D’un côté, on remercie enfin Quebecor – bien que ce soit arrangé – d’offrir une diversité musicale et de montrer un autre visage de la musique dans des émissions de variétés telles que La Voix. Pour ces personnes, au contraire, elles trouvent que c’est du chant de haute voltige. De l’autre côté, il y a les personnes qui trouvent abject de faire passer ce type de chanteurs parce que les paroles sont inintelligibles et que, pour eux, ce n’est pas de la musique.


Vous, de quel côté vous vous penchez?

Texte révisé par : Johanne Mathieu

Vous pourriez aussi aimer...