Visionnement : Wonder Park

La magie pour oublier la grisaille

© Paramount Pictures

Par : Normand Pineault

L’imagination, et en particulier celle d’un enfant, peut nous faire visiter une panoplie de lieux fantastiques, libres des contraintes et des limites de la réalité. Il est donc toujours un peu magique de voir ces idées farfelues prendre vie, créées par la simple volonté de vouloir s’émerveiller, et même d’émerveiller les gens qui nous entourent.

C’est ce qui arrive à June, une petite fille à l’imagination débordante, dotée de plus d’un certain talent d’ingénierie version junior. Avec l’aide de sa mère et de ses jouets, elle tente de réaliser son désir de créer un fabuleux parc d’attractions, sans savoir que chacune de leurs idées prend spontanément vie non loin de là. Ce n’est qu’à la suite d’un événement fâcheux que June s’aventure involontairement à l’intérieur de sa création, et elle devra dès lors porter secours aux personnages inventés qui peuplent aussi l’endroit, afin de reconstruire le parc en décrépitude.

Les films Nickelodeon nous offrent ici un petit film d’animation sympathique, sans rien de compliqué, ni d’extraordinaire. Il gardera certainement les plus jeunes émerveillés, mais les enfants plus âgés se lasseront peut-être de l’histoire qui se perd dans la magie des images colorées et des scènes d’action gratuites. L’humour, quoique comique par moments, reste prudent, avec des blagues que l’on a vues plus d’une fois, et qui nous sont données plus qu’une fois durant la durée du film. Les animaux joviaux font sourire, mais ne semblent là que pour accompagner l’enthousiasme de la petite June. Quelques acteurs connus prêtent aussi leurs voix aux personnages, tels que Jennifer Garner, Matthew Broderick, Sofia Mali, Kenan Thompson, Mila Kunis, et quelques autres, ce qui fait que l’ensemble semble nouveau et frais.

Certains reconnaîtront des similitudes avec des films tels que Toy Story ou Madagascar, mais il manque tout de même une profondeur et une cohésion de plus pour mettre Wonder Park à ce niveau. Son charme est quand même présent, et c’est assez pour les parents qui désirent emmener leurs plus jeunes au cinéma pour un petit film amical avec une belle morale.

Wonder Park, en salle partout au Québec dès le vendredi 15 mars 2019.

Texte révisé par : Annie Simard

Vous pourriez aussi aimer...