Visionnement : The House with a Clock in Its Walls

Parfois magique, parfois non!

houseclock2

 © Universal

Par : Martial Genest

La saison de l’Halloween nous apporte toujours son lot de films d’épouvante, mais très rarement un film pour les plus jeunes. Le film The House with a Clock in Its Walls répond bien à ce besoin, car il y a bien quelques frayeurs, mais aussi quelques rires.

Basé sur le livre du même nom, le film relate les aventures du jeune garçon Lewis ayant perdu ses parents, qui se rend vivre avec son oncle Jonathan Barnavelt. Le rôle de l’oncle est interprété par Jack Black, et celui-ci lui va comme un gant, car il ressemble étrangement aux interpretations précédentes de celui-ci. L’humour dans ce film est parfait pour un public en bas âge, les gages sont visuels et ne laissent que très peu de place à l’interpretation. Si la présence de Cate Blanchett se voulait comme le rôle sérieux, ce ne fut pas un succès, car sa prestation est grandement éclipsée par les bouffonneries de Jack Black.

Le film a été réalisé sous la direction d’Eli Roth, un maître du film macabre et d’horreur. Autant qu’il soit désigné pour le grand public, il sera bien plaire aux jeunes adolescents avec son humour parfois un peu plus mature que la moyenne. Eli Roth a très bien réussi à transposer les éléments qui rendent ses films pour public plus matures très populaires, et leur apporter une adaptation plus juvénile et acceptable pour ce jeune public. La présence de Kyle MacLachlan est trop courte, le jeu de cet acteur s’harmonise si bien avec celui de Jack Black.

Dans le monde des films d’aujourd’hui, The House with a Clock in Its Walls est plutôt court, 1 heure 44 minutes, bien sous la barre des 2 heures auxquelles Hollywood nous a habitués dernièrement. Je suis d’avis que si celui-ci avait été plus long, il y aurait eu danger de médiocrité. Donc, pour échapper au quotidien et faire le baptême de film d’épouvante des plus jeunes, celui-ci sera parfait pour les préparer à la fête d’Halloween.

Note : 3/5

Texte révisé par : Johanne Mathieu

Vous pourriez aussi aimer...