smallfoot_1

Visionnement : Smallfoot

L’humanité n’est pas un mythe

smallfoot 2

© Warner Bros

Par : Normand Pineault

Il y a 4 ans de cela, The Lego Movie sonnait avec succès la création de la Warner Animation Group (WAG), qui devenait la nouvelle division des longs métrages d’animation de la Warner Bros. En collaboration avec Sony Pictures Imageworks, elle nous revient aujourd’hui avec Smallfoot, une comédie musicale d’animation mettant en vedette les voix de Channing Tatum, Zendaya, Danny Devito, Lebron James, James Corden et bien d’autres.

Le film nous raconte l’histoire de Migo, un Yéti désirant faire partie de l’activité de son village, mais qui, après une rencontre inopportune, commence plutôt à être convaincu de l’existence de la légendaire créature aux petits pieds appelée « humain ». Renié par ses confrères pour faire circuler de telles rumeurs, il décide de partir à la recherche de la vérité, et croisera ainsi la route de Percy, un documentariste désespéré de retrouver par tous les moyens possibles la célébrité et la popularité qu’il a perdues. La curiosité de cette rencontre les force alors à tenter de communiquer pour satisfaire l’intérêt de l’un comme de l’autre.

Dès les premiers moments du film, nous savons que Smallfoot s’adresse beaucoup plus aux jeunes enfants qu’à la famille. On y remarque une certaine saveur Disney dans les 6 ou 7 chansons qui parsèment l’histoire, de même que dans les couleurs vives et le montage rapide pour en mettre plein la vue aux tout-petits. Quoiqu’il n’y ait rien de nouveau dans les blagues et l’humour burlesque très slapstick, l’amusement est bien présent. On se laisse facilement distraire comme si nous écoutions un épisode du Road Runner et du Coyote. La morale du scénario est également intéressante, puisqu’elle porte les personnages à remettre en question les faits et l’autorité établis pour aller jusqu’au fond de la vérité, et ce, afin de s’ouvrir sur le monde et sur de nouvelles idées.

On y décèle aussi un désir évident d’ancrer ce film dans la modernité en y incluant plusieurs allusions à la gloire éphémère et à la peur infondée que tente parfois de vendre la société dans laquelle nous vivons. Les likes, l’utilisation à profusion du cellulaire, la musique hip-hop et techno, et l’adage de l’apparence plutôt que du contenu, sont parmi les thèmes un peu plus discrets inclus dans ce divertissement malgré tout léger et amusant.

Au final, c’est un film que les jeunes apprécieront et qui ne les ennuiera pas, tandis que les parents qui les accompagneront auront également droit à un retour en enfance, un petit plaisir coupable qui leur laissera le sourire sur le visage à plusieurs reprises durant cette heure et demie d’animation colorée.

Smallfoot, en salle partout au Québec dès le vendredi 28 septembre 2018.

Texte révisé par : Johanne Mathieu

Vous pourriez aussi aimer...