Visionnement : Ocean’s 8

Une histoire de famille

Oceans-8-poster-920x584

© Warner Bros

Par : Martial Genest

Avec l’arrivée de la saison estivale et de la chaleur bientôt, une merveilleuse façon de se rafraichir est d’aller au cinéma où il y a la climatisation, ou bien pour passer le temps lors des jours de pluie. Rien de mieux qu’un petit film léger pour ça.

Ocean’s 8 sera en salle dès le 8 juin et il tombe à point pour une sortie cinéma. Si vous n’avez pas fait le visionnement des précédents films de la série Ocean’s, soyez sans crainte, oui, il y a quelques allusions et certains personnages font une apparition, mais ce film se tient de lui-même. Les mentions de Danny Ocean, personnage interprété par George Clooney, servent plus à donner une certaine crédibilité au personnage de sa sœur, Debbie Ocean, interprété par Sandra Bullock.

La distribution de ce film est très bien garnie, de Cate Blanchett à Rihanna. Et oui, malgré ses tentatives antérieures, la chanteuse actrice tire bien son épingle du jeu dans ce film, peu de dialogue, mais ses quelques présences sont bonnes et même certaines scènes sont cocasses. Les 2 actrices qui, selon moi, volent la vedette sont Anne Hathaway dans le rôle de la diva Daphne Kluger. Celle-ci nous offre une merveilleuse caricature de starlette hollywoodienne. De son côté, Helena Bonham Carter nous interpréte Rose Well, une designer de mode en fin de carrière avec un style totalement disjoncté. De plus, les scènes qu’elles partagent sont, selon moi, quelques-unes des meilleures du film.

Il y avait plusieurs personnes qui avaient fait la comparaison entre Ocean’s 8 et Ghostbusters avec l’équipe féminine, et bien ses gens se sont grandement trompés. J’avais cette appréhension avant de le voir et je fus grandement surpris. Ce mélange de suspense policier et de comédie n’a aucun temps mort et garde notre attention du premier moment où l’on aperçoit Sandra Bullock au générique de la fin et l’heure. Et cinquante minutes de celui-ci passe en un clin d’oeil.

Note : 3.5/5

Texte révisé par : Johanne Mathieu

Vous pourriez aussi aimer...