Visionnement : I, Tonya

Meilleur sur glace

i-tonya-margot-robbie-movie-trailer-screencaps-1

©VVS films

Par : Martial Genest

Le film I, Tonya sur l’histoire de Tonya Harding prenait l’affiche à Toronto le 22 décembre dernier, mais les amateurs n’auront qu’à patienter jusqu’au 5 janvier 2018 pour voir celui-ci dans un cinéma au Québec.

Plusieurs se souviennent de l’attaque sur Nancy Kerrigan un peu de temps avant les Jeux olympiques de 1994 à Lillehammer en Norvège. Le film y fait référence bien sûr, mais il tente aussi de peindre le portrait de la vie de Tonya Harding, de son enfance aux événements qui ont suivi l’assaut sur la patineuse artistique rivale. Celui-ci est présenté comme une entrevue avec les acteurs principaux impliqués dans ledit événement.

Le film est classifié comme étant un drame biographique; je ne sais pas si c’est le manque d’éducation des personnes représentées, mais il y a une énorme quantité de moments loufoques dans ce film, et il est porté à croire que celui-ci serait une parodie de la vie de Tonya Harding. La prestation de Margot Robbie et de Sebastian Stan est bonne et honnête, mais l’interprétation la plus remarquable est celle de Shawn Eckhardt par Paul Walter Hauser. Ce film pourrait être perçu comme une validation des gestes qui ont mené au bris du genou de Nancy Kerrigan. Le spectateur pourrait être porté à ressentir une certaine pitié pour la jeune patineuse déchue, mais si les studios se mettent à faire des films pour les gens qui ont eu une vie difficile, le cinéma va devenir en quelque sorte le nouveau média de la réalité présentée aux foules.

Ce film d’une durée de 1 h 59 ne sera pas très longtemps à l’affiche selon moi donc si vous avez l’intention de le voir, je vous suggère d’y aller rapidement. Un des bons moments du film est lors des crédits de fin avec la présentation de brides d’entrevues avec les vraies personnes.

Note 2/5

Texte révisé par : Annie Simard

 

Vous pourriez aussi aimer...