Visionnement : Happy Death Day 2U

De l’horreur à la comédie

© Universal Pictures

Par : Normand Pineault

Vous connaissez sûrement ce qu’est du déjà-vu, n’est-ce pas ? Vous connaissez sûrement ce qu’est du déjà-vu, n’est-ce pas ? Vous connaissez sûrement… Bref, vous voyez le principe. Il y a deux ans de cela, Happy Death Day nous proposait ce concept de journée sans fin utilisé auparavant pour d’autres films tel que l’excellent Groundhog Day avec Bill Murray, mais en le fusionnant à de l’horreur de type slasher. Il fallait bien sûr s’attendre à ce qu’une suite plus grosse et plus tirée par les cheveux fasse un jour ou l’autre son apparition, afin de l’utiliser jusqu’à redondance. Toutefois, et malgré l’absence de l’originalité du premier film, Happy Death Day 2U réussit à garder sa fraîcheur en troquant son côté sombre pour un côté cette fois-ci beaucoup plus humoristique.

L’histoire se poursuit directement là où elle s’était arrêtée, les personnages se remettant à peine de leur première mésaventure. Une petite raison scientifique nous est donnée par l’un d’eux pour expliquer le phénomène de boucle sans fin vécu par Tree Gelbman (Jessica Rothe), mais sans plus. Nous sommes portés à rouler des yeux devant ce scénario boiteux, jusqu’à ce qu’on réalise que le film ne se prend vraiment plus au sérieux, jusqu’à même se donner des airs de la série Big Bang Theory. Un accident se produit dès lors et fait malencontreusement retomber Tree au début de la même journée dont elle venait tout juste de se sortir, qui pourtant est à présent légèrement différente.

Tout d’abord, il est difficile de prendre cette suite comme un film à part, car presque toutes les blagues et les événements sont liés à des clins d’œil à son prédécesseur. Celui ou celle qui n’a pas vu le premier pourrait ne pas comprendre certains passages, même s’ils restent comiques malgré tout. La réaction hystérique de Tree d’avoir à revivre une autre fois les mêmes événements vaut à elle seule quelques bons rires qui donnent ensuite le ton au reste du film. Il est à mentionner la présence vivante et le bon jeu de Jessica Rothe (La La Land), que nous allons certainement voir de plus en plus à l’écran dans les prochaines années.

Happy Death Day 2U n’est pas plus ou moins bon que le premier. Il est différent, tout simplement. Telle l’autre dimension dans laquelle agissent les personnages, c’est plus un hybride à la sauce Back to the Future 2, un n’importe quoi amusant pour une petite sortie cinéma.

Happy Death Day 2U, en salle partout au Québec dès le mercredi 13 février 2019.

Texte révisé par :

Vous pourriez aussi aimer...