Valérie Carpentier au Francofolies

Un spectacle pour Rosie

IMG_5324

©Véronyc Vachon/ MatTV

Par Pierre-Olivier Millaire

C’est devant une foule plutôt impressionnante que Valérie Carpentier s’est présentée sur la scène Ford du festival des Francofolies. Vêtue d’un imperméable et d’un grand chapeau, elle installe l’intrigue dès ses premières chansons. Le public est déjà conquis. On se laisse porter par ses mélodies agréables. Après sa première chanson, elle troc son costume pour se transformer en Rosie: perruque rose pâle et grande veste blanche par-dessus sa robe. Elle chante et danse sur scène pour le plus grand bonheur du public massé devant la scène.

IMG_5385

Après quelques chansons, elle s’adresse à la foule. Malheureusement, Valérie ne sera pas présente au spectacle. C’est plutôt, comme elle le dit si bien, Rosie, son alter ego sexy, qui est là. Visiblement heureuse d’être sur scène, elle parle un moment avec le public qui lui répond vivement par des applaudissements chaleureux. L’artiste repart de plus belle avec d’autres de ses compositions. La voix douce et légère, elle nous emporte dans son univers aux connotations électro-pop.

IMG_5452

Valérie s’amuse sur scène avec ses musiciens et son public. Très généreuse, elle interagit beaucoup avec la foule et nous arrive soudainement avec une surprise. Un appel inattendu: son ami Karim Ouellet vient partager la scène le temps d’une chanson. Visiblement complices dans cette musique vibrante, les deux artistes offrent une prestation remarquable. La foule apprécie cette visite impromptue et le spectacle se poursuit avec la voix rassurante de Valérie. Avec quelques titres chantés en anglais, l’artiste propose les pièces de son plus récent album Pour Rosie. D’ailleurs, il est intéressant de noter qu’elle signe paroles et musiques pour la majorité de ses chansons. Vraiment, on peut dire que cet album démontre la maturité acquise par l’artiste depuis ses débuts sur la scène publique lorsqu’on l’a connue à La Voix en 2013.

Crédit photo : ©Véronyc Vachon/MatTv.ca

Texte révisé par : Bianca Beato

Vous pourriez aussi aimer...