akram_khan_2

Until the Lions…

Un mythe traditionnel/contemporain

akram_khan_3

© Compagnie : Akram Khan Company. Spectacle : Until the Lions

Par Violaine Morinville

Le spectacle Until the Lions d’Akram Khan Company est présenté à la Tohu du 17 au 25 mars 2017. Le chorégraphe Akram Khan danse sur scène avec les interprètes Ching-Ying Chien et Joy Alpuerto Ritter, accompagnés de quatre musiciens. La scène ronde de la Tohu a offert une perspective 3D, 360° au spectateur. La danse et les percussions unifiées grâce à ce mythe indien nous ont plongés dans un environnement naturel avec l’élément du bois.

La création chorégraphique semble un appel à la nature grâce au décor et à la performance inspirée du recueil Until the Lions : Echoes from the Mahabharata, une réécriture du Mahabharata de Karthika Naïr. Le chorégraphe allie l’interculturel entre l’Orient et l’Occident et questionne le traditionnel avec le contemporain grâce à ce mythe.

L’œuvre chorégraphique était fluide et variait en rapport aux musiciens percussionnistes positionnés autour de la scène. Les chants et les percussions étaient bien synchronisés dans les séquences dansées soit en solo, en duo ou en trio. Un rituel expressif qui transcende l’histoire du recueil pour transmettre une énergie alliant l’animal au spirituel. Les éclairages étaient un peu sobres, mais sont devenus plus éclatants vers la fin, dans le sens d’étincelles, d’étoiles, de douches et de reflets lumineux.

Le solo féminin s’est libéré avec force, fluidité et profondeur au milieu du trio. La danseuse a bien canalisé son énergie dans un rythme percussif, le lyrisme et la rapidité instinctive. Quelques moments tournés en spirales nous ont rappelé les derviches tourneurs. Un moment fort a été la prise des bâtons de bois comme instruments de danse percussive où le sens de l’œuvre a pris son envol.

akram_khan_1

© Compagnie : Akram Khan Company. Spectacle : Until the Lions

Au cœur de l’interprétation, le décor a été un support important dans cette création, où le plancher de danse est un grand tronc d’arbre qui s’ouvre au fur et à mesure pour développer un effet tridimensionnel. L’élément du bois a été présent tout au long du spectacle avec les percussions variées, les branches et la pastille d’arbre devenant la scène. Les danseurs et les percussionnistes/chanteurs ont bien utilisé l’espace scénique environnant la plateforme ronde pour recréer un monde surnaturel.

L’énergie du spectacle transmet ainsi une atmosphère de rituel qui nous plonge dans la nature, connectés à la terre sacrée par la danse et les percussions, au-delà des histoires.

Un spectacle à voir jusqu’au 25 mars 2017 à la Tohu.

Site web : http://tohu.ca/en/season/spectacle/2016-2017/until-the-lions/

Texte révisé par : Johanne Mathieu

Vous pourriez aussi aimer...