Un voyage intime aux quatre points cardinaux avec Émilie Janvier

En toute intimité

2017-03-02_EmilieJanvier-15

© Andrée-Anne Guy/MatTv.ca

Par : Andrée-Anne Guy

C’est dans un décor des plus intimistes qu’Émilie Janvier a accueilli son public jeudi dernier à la salle Claude-Léveillée de la Place des Arts alors qu’elle y foulait les planches dans le cadre des Week-ends de la chanson Québecor.

Visiblement fébrile, l’auteure-compositeure-interprète a offert d’entrée de jeu la pièce Rose des vents qui a magnifiquement donné le ton à la soirée et qui annonçait un voyage aux quatre points cardinaux avec l’artiste originaire de Granby.

2017-03-02_EmilieJanvier-5

Dans une mise en scène de Joël Legendre, l’auteure-compositeure-interprète a habilement utilisé la modestie de la salle pour donner l’impression d’inviter le public dans son propre salon, fauteuil, table à café et couvertures à l’appui. En compagnie de ses deux bibelots, les appelle-t-elle amicalement, les versatiles musiciens Samuel Cournoyer et Francis G. Veillette ont harmonieusement appuyé l’artiste à la guitare aux sons folk acoustiques des plus réconfortants.

De l’Est à l’Ouest, en passant par le Nord

Tout débute à l’Est nous rappelle Émilie, « c’est là où le soleil se lève, où tout commence avec un bon café… », en enchaînant les Aux deux Marie, Dernières pages, Lignes de corps et Au propre. Le public était dès lors conquis et prêt à en entendre plus de la part de l’artiste qui a lancé son premier album éponyme en avril dernier sous l’étiquette Musicor. Se sont jointes au répertoire de la soirée d’habiles et dénudées relectures de Ton amour a changé ma vie des Classels et Danser danser de Nanette Workman démontrant l’expérience et l’aisance acquises depuis les débuts d’Émilie dans l’industrie, il y a déjà près d’une quinzaine d’années.

Le voyage s’est poursuivi avec un virage vers le Nord alors qu’Émilie raconte comment ce dernier est venu chercher son grand frère Louis-Philippe, un certain 7 février : « Il faisait froid, mais le ciel était rempli de magnifiques flocons », nous dit-elle. S’en est suivi un segment empreint d’émotions qu’elle dédie à son défunt frère avec les pièces 7 février et Tes flocons sous les yeux admiratifs de ses parents assis tout juste dans les premières rangées, donnant l’impression d’entrer une bulle intime de la famille.

2017-03-02_EmilieJanvier-8

Cap vers le Sud alors que l’auteure-compositeure-interprète a offert en clin d’œil à sa petite nièce Léa Fleuris toujours, une pièce concoctée sur mesure qui traite de l’innocence de l’enfance face au monde d’aujourd’hui. Les spectateurs ne pouvaient être plus charmés. De sa voix chaude et incroyablement juste, Émilie Janvier a poursuivi le cours du voyage avec son premier extrait Trois ou quatre pas et La valse des continents.

Amusée par les chauds applaudissements que la salle lui a offert en guise de rappel : « Ça fait big, j’ai toujours rêvé de faire ça! », s’est exclamée Émilie qui a repris sa guitare pour terminer le spectacle à l’Ouest (là où se couche le soleil) avec une interprétation des plus personnelles et empreinte de tendresse de Je t’attendais (Daniel Hétu), offerte en surprise à son copain Jean-Michel. « Allez viens, on va s’aimer tendrement… Tout là-haut… », s’est empressée de chantonner le public alors que le voyage intime avec Émilie prenait fin. « Je vous attendais… »

2017-03-02_EmilieJanvier-16

Émilie sera en spectacle le 17 juin prochain au Palace de Granby et le 17 novembre à Farnham au Marché de la Station Gourmande. Elle fait aussi partie des Koristes, groupe de six choristes qui prennent régulièrement part à l’émission En direct de l’univers sur les ondes de Radio-Canada.

Crédit photo : © Andrée-Anne Guy/MatTv.ca

Texte révisé par : Johanne Mathieu

Vous pourriez aussi aimer...