Un défilé de la fierté en plein soleil

À la fois flamboyant et militant

Calec-13

© Catherine Leclerc / MatTv.ca

par Mélissa Thibodeau

C’est sous un soleil plombant que s’est déroulé cette 34e édition du défilé de la fierté de Montréal. Ce parcours de 2,7 km longeant le boulevard René-Lévesque partait de l’ancien secteur LGBT à l’Ouest pour se conclure au cœur du Village actuel. À la fois carnavalesque et militant, ce défilé célèbre à la fois les acquis de la communauté LGBTQ+ tout en se rappelant les combats qui sont encore à venir.

Ce sont les femmes trans qui ont mené le bal, portant la bannière « Femmes trans premières, plus jamais dernières ». Plusieurs personnalités publiques ont défilé sous les applaudissements des gens présents. Tout d’abord Miss Major Griffin-Gracy, dont le militantisme recoupe plusieurs luttes LGBTQ+, qui était également de la rébellion de Stonewall, en 1969, à New York, événement qui a lancé les premiers événements de la fierté partout dans le monde.

On a aussi eu l’occasion de voir le militant Kennedy Olanga, du Kenya, pays où l’homosexualité est encore passible de prison. On a également pu apercevoir Julie Lemieux, la première mairesse trans au Canada. Elle a été élue dans la municipalité de Très-Saint-Rédempteur, en Montérégie. Également le skieur acrobatique olympique Gus Kenworthy, la.le militant.e queer Jacq Brasseur, la première Mme Cuir Montréal 2017 Dominique Lavergne ainsi que l’animateur et humoriste Dany Turcotte.

Ces gens étaient suivis de gens tout aussi colorés les uns que les autres. On faisait preuve d’originalité et de flamboyance pour mettre de l’avant le drapeau arc-en-ciel, grand symbole de la communauté. Les drags attiraient l’œil à tout coup. C’est très diversifié. Les regroupements communautaires côtoient des entreprises visant à faire bonne image. Un groupe cherchant à abolir la circoncision défile peu après Ga’ava, comité conseiller LGBTQ de la communauté juive de Montréal. Les polyamoureux, les asexuels, les non-genrés, les croyants, les athées, les danseurs en ligne, les hommes aux abdos bien ciselés, les alliés, peu importe, le moment est à la fierté.

Calec-29

Au-delà de l’exubérance, il est important de se rappeler que ce n’est pas encore gagné pour plusieurs membres de la communauté LGBTQ dans le monde. Saviez-vous que dans 72 pays dans le monde, l’homosexualité est encore considérée comme étant un crime? Plus près de chez nous, certains sont encore rejetés par leur famille à cause de leur orientation et identité sexuelle. Sans compter la violence qui est faite contre plusieurs d’entre eux.

Oui, il y a des gens qui sont surtout là pour faire le party et au bout du compte, pourquoi pas? On peut le faire dans ce pays et c’est une importante victoire en soi.

Crédit photo © Catherine Leclerc/MatTv.ca

Texte révisé par: Nabila Chabane

Vous pourriez aussi aimer...