Toccate et fugue

Se mettre en danger pour exister

TOCCATE ET FUGUE 4 900x600

© Nicolas Descoteaux

Par : Sébastien Bouthillier

Une électrocution de 65 minutes. La fête improvisée pour l’anniversaire de Caro vire au choc des pulsions. Un fusible devrait disjoncter pour avertir les comparses du danger sur le circuit, mais ils s’enfoncent dans une spirale cruelle.

Le party est plate jusqu’à l’arrivée d’une prostituée que personne n’a invitée. Daniel, démenti par le regard torve et lubrique qu’il accroche sur elle, n’admet pas l’avoir appelée. Muette, elle prétend ignorer le français pour éviter de communiquer, tandis que les amis bavardent sans s’écouter.

Aucune morale ne ressort de la pièce, Étienne Lepage n’écrit pas pour transmettre une leçon ou dénoncer. En observateur caustique des travers de la société, l’auteur préfère livrer le portrait implacable des relations amicales insignifiantes d’une bande à la fin de la vingtaine. Maladroits, ils ont perdu le contrôle et ignorent ce qui se passe, selon lui.

Toccate et fugue porte sur l’angoisse de vivre en faisant ressortir l’égoïsme et l’incommunicabilité de personnages pourtant branchés en permanence, cellulaire en main. Incapables de tenir une conversation, la pièce réunit « une addition d’individus qui cohabitent dans la cacophonie, sans arriver à s’instituer dans un groupe cohérent, uni par des valeurs partagées et une vision du monde articulée », affirme le metteur en scène, Florent Siaud.

La comédie et le drame fusionnent dans le jeu inquiétant des personnages. Karine Gonthier-Hyndman incarne une Caro sous antidépresseurs si désespérée quant à son doctorat qu’elle a oublié son anniversaire. Elle a oublié d’exister. L’oiselet mourant au bord de sa fenêtre la représente : les convives se demandent s’il faut l’achever ou non.

En prostituée, Larissa Corriveau catalyse la ferveur érotique contenue dans la pièce jusqu’à devenir bouc émissaire. Les hommes, prosternés autour d’elle comme si elle était un totem, révèlent leur animalité. Daniel, le DJ déjanté joué par Maxime Denommée, est aussi incapable de brancher correctement son système de son que de soutenir une érection.

TOCCATE ET FUGUE 3 900x600

Félix (Francis Ducharme) prétend que l’argent confère le droit de profiter de l’intruse. Alors que Mikaël Gouin tentera de la protéger, il perturbe une Élise (Sophie Cadieux) dépourvue de confiance en elle, mais qui le camoufle. Pas un n’est au diapason de ses interlocuteurs.

Le titre de cette pièce sur la superficialité rappelle l’oeuvre achevée en 1707 par Jean-Sébastien Bach. Si la toccate constitue un prélude jusqu’à l’arrivée de la prostituée, la fugue s’avère une fuite. Étienne Lepage signe un texte musical où les mots et les courtes phrases résonnent en écho, mais sans répercussion dans l’âme des protagonistes. Il n’y a pas de dialogue, car les relations humaines sont désormais vides, virtuelles et individualistes.

Toccate et fugue, au Théâtre d’Aujourd’hui jusqu’au 6 mai.

Crédit photo : Nicolas Descotaux

 Texte révisé par : Annie Simard

Vous pourriez aussi aimer...