Tapis rouge du Gala Québec Cinéma 2018

Glam, couleur, élégance et générosité

cover

© Angéline Gosselin/MatTv.ca

Par : Christian Gaulin

C’est un tapis rouge prestigieux que nous a offert le Gala Québec Cinéma hier soir, sur le parvis de la Maison de Radio-Canada, alors que les gens de l’industrie cinématographique étaient réunis afin de célébrer le 7e art, ses acteurs et ses artisans. Il faut dire que le soleil radieux qui plombait sur le site a largement contribué à rendre les invités de bonne humeur, tout sourire et heureux d’être là.

Impossible de se retrouver  sur un tapis rouge sans vous parler, du moins brièvement, des tenues vestimentaires aperçues, très attrayantes et distrayantes pour l’oeil. C’est un cocktail de couleurs que nous proposaient les personnalités présentes, osant pour plusieurs délaisser les classiques noirs ou blancs et arborant avec bon goût, élégance et prestance des teintes plus estivales ou osées, dont le rose bonbon, le lilas, le jaune frappant, le rouge flamboyant et même le vert olive. Les femmes ont osé et les hommes aussi. Même le beige et le bleu, qui sont toujours un must, sortaient du lot. Le glam et l’élégance ont définitivement donné le ton à cette soirée qui s’annonçait haute en couleur!

DSC_7998

D’une grande générosité, les personnalités de l’heure qui ont marqué le cinéma au cours de la dernière année ont défilé sur le tapis rouge. Sous l’œil des photographes, les Patrick Huard, Karine Vanasse, Mélissa Désormeaux-Poulin, Sophie Nélisse, Antoine Olivier Pilon, Rémy Girard, Bénédicte Décary, Robin Aubert, Maude Guérin, André Forcier, Sandra Dumaresq, Christine Beaulieu, Mylène Mackay, Élise Guilbault, Luc Picard, Mickaël Gouin, Léane Labrèche-Dor, Gabriel Sabourin, Geneviève Rioux, ainsi que plusieurs autres, se sont amusés à prendre la pause le temps de quelques photos, avant de venir faire un brin de jasette avec les nombreux journalistes.

Même Guylaine Tremblay et Édith Cochrane, les deux animatrices du gala, sont passées rapidement sur le tapis rouge afin de venir saluer les gens et pour jaser avec les animateurs du tapis rouge, Claudine Prévost et Herby Moreau.

DSC_7766

MatTv.ca a eu le privilège de s’entretenir avec plusieurs des artistes que vous aimez, présents sur le tapis rouge, et leur a posé trois questions. Voici ce que certains d’entre eux nous ont répondu…

Quels sont les avantages et les plaisirs pour un acteur de faire du cinéma, versus la télévision ou le théâtre?

Maude Guérin : Ce sont trois médiums bien différents. Moi j’y trouve mon bonheur dans chacun et j’apprécie le moment présent pendant chaque projet sur lesquel je travaille.

Rémy Girard : Bien que j’adore les trois, j’ai une préférence pour le cinéma parce que j’aime la vie de plateau et aussi parce qu’un bon film qui a marqué les gens, ça reste dans le temps et ça va traverser les générations.

Christine Beaulieu : Je suis vraiment une amoureuse de cinéma et de théâtre. C’est très différent et en même temps, ça se ressemble, car l’idée pour un interprète c’est d’incarner la pensée d’un auteur et du texte qu’on reçoit. Et au cinéma, quand on a en plus un auteur qui réalise, on est en contact direct avec lui et ensemble, comme interprète, on veut s’assurer de livrer ce qu’il avait imaginé. Je suis une amoureuse de cinéma, j’en consomme beaucoup.

Mélissa Désormeaux-Poulin : Pour le cinéma, on a moins de scènes par jour, alors ça nous permet davantage de penser, de peaufiner et d’ajuster. On prend le temps de créer. C’est ce que j’aime. Le cinéma, ça reste, ça dure dans le temps. À la télévision, tout va très vite. La semaine d’après, on est ailleurs, dans un autre épisode. C’est un rythme tellement différent…

Robin Aubert : C’est une excellente question. En fait, ces trois médiums-là m’apportent beaucoup, j’ai besoin de tous les faire. Pour moi, chacun enrichit l’autre.

Comment se porte le cinéma québécois, selon vous, si on compare à ce qui se fait ailleurs?

Karine Vanasse : C’est difficile de comparer, car la culture et les marchés sont tellement différents… Mais au Québec, on a beaucoup d’audace et de talent. C’est ce qui porte le cinéma d’ici.

Anik Vermette : Je trouve qu’au Québec, on est très forts en cinéma et on n’a rien à envier à personne, car on arrive à faire beaucoup avec peu de moyens. On est un petit marché, mais cela fait des gens très créatifs et des films magnifiques.

DSC_8185

Vous êtes l’employé du mois d’un club vidéo. Quel est LE film dans notre répertoire québécois que vous conseilleriez aux gens de prendre?

Maude Guérin : J’irais avec Chien de garde, de Sophie Dupuis, l’un des sept meilleurs films en nomination cette année.

Rémy Girard : Mon oncle Antoine, de Claude Jutra.

Christine Beaulieu: Je conseillerais Avant les rues, de Chloé Leriche, un film qui est extraordinairement beau et qui nous ouvre la porte sur une autre culture.

Mélissa Désormeaux-Poulin : Je vais te répondre avec l’instinct du moment Les Affamés, de Robin Aubert, car c’est l’un des premiers films de genre, d’ici.

Robin Aubert : La cuisine rouge, de Paule Baillargeon.

Gabriel Sabourin : J.A. Martin photographe, de Jean Beaudin. C’est un coup de cœur pour moi.

Le Gala Québec Cinéma constitue l’un des plus importants vecteurs de promotion des œuvres, des artistes et des artisans du cinéma québécois. Le gala joint plus de 1,2 million de personnes au Québec et ailleurs dans le monde.

Crédit photo : © Angéline Gosselin/MatTv.ca

Texte révisé par : Annie Simard

Vous pourriez aussi aimer...