Tapis rouge du Gala Artis : Entrevues

Fiers des produits télévisuels québécois

©Maryse Phaneuf/MatTv.ca

Par Marie Eve Archambault

Une belle brochette de vedettes ont défilé sur le tapis rouge de la 34e édition du Gala Artis. Sous le soleil éclatant, mais avec une brise plutôt fraîche, tous les projecteurs étaient rivés sur les artistes. Certains ont bien voulu répondre à la question que je leur ai posée :

Comment la télévision québécoise se démarque-t-elle de partout ailleurs?

Julie Bélanger

Tabarouette de bonne question ça! Je pense par sa créativité. Je pense vraiment au Québec, on n’a pas les mêmes budgets qu’aux États-Unis et partout ailleurs, mais on réussi à faire de petits miracles grâce à la créativité et à la passion. Il y a des artisans, des personnes qu’on ne voit pas et qui travaillent très fort. C’est grâce à eux qu’on a une grande partie de ce succès-là. Je pense que c’est un heureux mélange entre la passion et la créativité.

Yama Laurent

En fait, c’est pour toute la diversité que vous avez qui fait toute la différence.

Mélissa Désormeaux-Poulin

Parce qu’on n’a pas beaucoup de moyens, mais on fait des choses extraordinaires. On réussit à plaire à tout le monde. On réussit à faire de la science-fiction, du drame et de l’humour. Je pense qu’on est très inventif avec le peu de moyen qu’on a.

Camille Felton

Je crois qu’elle se démarque de partout ailleurs parce qu’au Québec, on doit s’organiser avec nos propres moyens. Je crois aussi que nous avons un milieu de télévision excessivement créatif et original. Je crois qu’elle se démarque de cette façon et par le jeu de nos acteurs. Personnellement, et je ne le dis par parce que j’en fais partie, mais je trouve tellement qu’on a de bons acteurs au Québec. Surtout, on joue vrai. C’est par-là qu’on se démarque.

Patrick Huard

D’abord, on a beaucoup de talents ici pour le peu d’espace. Sincèrement, au pied carré, il y a beaucoup de talents. Et je pense qu’avec le temps, on a développé une capacité d’adaptation extraordinaire, et on fait vraiment des choses qui nous ressemblent. La télé québécoise, son objectif premier, c’est de réussir au Québec. Et ça paraît. On regarde seulement au reste du Canada, ils ont trois fois le budget qu’on a. Ils n’arrivent pas à avoir le même résultat parce qu’en arrière de leur tête, ils essaient de le faire pour ailleurs. Ils n’essaient pas de le faire pour chez-eux. Je pense que ça fait une énorme différence.

Les sœurs Boulay

Stéphanie Boulay : Je pense que ce qui est particulier avec la télé québécoise, en comparaison à ce qui se fait ailleurs, elle est beaucoup plus écoutée par habitants. Je serais curieuse de voir les chiffres. Je sais que les Québécois écoutent beaucoup la télévision de chez-nous.

Mélanie Boulay : Je sais qu’à l’international, le Québec est réputé pour savoir faire beaucoup avec peu de moyens. On a beaucoup de débrouillardise et d’inventivité.

Julie Perreault

Je pense qu’on a une identité propre. On a notre langue, notre culture et notre familiarité. Il ya  quelque chose dans la culture québécoise qui est axé sur la famille. Les gens se reconnaissent dans des personnages que l’on défend. Les gens s’attachent aussi à notre télévision, aux acteurs et aux animateurs. On a notre propre culture et notre propre star système. Je pense qu’on se démarque à cause de cela.

Michel Charette

Je pense qu’on est tellement habitué à travailler dans des conditions difficiles, qu’on réussit à faire un produit exceptionnel dans des temps record. Je crois que cela impressionne beaucoup de gens parce qu’ailleurs, ils ont du temps pour le faire. Nous autres, on n’en a pas de temps. Donc, on réussit à avoir des miracles avec peu de temps. Ça, ça se démarque beaucoup. La qualité des textes aussi est très bonne. Les interprètes, on n’a pas à envier personne. Je regarde des émissions américaines, des émissions européennes et on fait de la très bonne télé. On n’a rien à envier à personne, et surtout on est fier de notre produit.

Guy A. Lepage

Je ne sais pas parce que je ne la connais pas partout. Mais je sais que contrairement au Canada anglais, on est très concentré sur notre culture. Tandis que le Canada anglais, c’est prouvé, il est celui qui consomme le moins de sa télévision locale. C’est probablement parce qu’ils sont branché sur la télévision américaine. Je pense qu’on est un peu comme les peuples scandinaves : même grosseur de pays, une population similaire, une culture télévisuelle romanesque, une mode et les restaurants. C’est la même chose dans ce pays-là. Je suis content d’être dans un village d’Astérix dans l’Amérique du Nord.  

Vincent-Guillaume Otis

Bonne question! Je dirais par sa passion. La télé québécoise est enviée à travers le monde. On réussit à créer des spectacles, des films et des séries de télévision avec aussi peu de budget, mais avec une aussi grande qualité. Et tout cela est grâce à la passion, la combativité et la créativité de tous les artisans. Lorsque je parle d’artisans, ce n’est pas seulement ceux qui sont devant la caméra. Ça part des comptables dans les bureaux aux monteurs. Je pense que c’est ça qui fait en sorte que les Québécois se démarquent. Parce qu’on est vraiment envié. Les gens n’en reviennent pas de voir ce qu’on réussit à faire. On est des battants!  

Antoine Bertrand et Catherine-Anne Toupin

Antoine Bertrand : Elle se démarque par son ingéniosité.

Catherine-Anne Toupin : On n’a tellement pas d’argent qu’on doit faire des miracles avec peu.

Antoine Bertrand : Il n’y a personne qui étire la piasse comme chez nous. Je pense que ça bonifie notre télévision et l’ingéniosité qui s’y retrouve.

Catherine-Anne Toupin : Ça rend les équipes techniques, les réalisateurs et les acteurs soudés. Ils sont capables de se revirer sur un 10 cents en deux temps trois mouvements. Ils sont très créatifs.

Debbie Lynch-White

Par sa sensibilité, la véracité des personnages. Je pense qu’on a des acteurs avec d’immenses talents au Québec avec une grande vérité et sensibilité. Je pense que ça rejoint l’humain en général.

Hélène Bougeois Leclerc

Oh mon dieu! Pour son authenticité, pour son humour, son intelligence et surtout sa débrouillardise.

Guylaine Tremblay

Pour son originalité, c’est sûr! Avec le peu d’argent qu’on a, à comparer aux Français ou aux Américains, ce qu’on réussit à faire, c’est exceptionnel. Les talents sont très grands ici autant chez les techniciens que les auteurs et les acteurs. C’est une bonne télé.

Mathieu Baron

Et boy! Je te dirais la qualité de ce qu’on fait avec le budget qu’on a. Je suis sincère quand je dis cela (Rires).

Mickaël Gouin

C’est assez simple à répondre parce que la télé québécoise a beaucoup moins d’argent que probablement partout ailleurs. Cela fait en sorte qu’on doit arriver avec quelque chose qui est similaire parce que la comparaison du public, elle est égale. Donc, ceux qui écoutent Game of Thrones vont avoir le même point de vue que s’ils écoutent Les  Pays d’en haut ou Victor Lessard. Là, où on excelle, c’est de faire le plus possible avec vraiment peu de moyens.

Florence Longpré

Ce que j’aime ici, c’est qu’il y a moins l’aspect où tout le monde est beau tout le temps. C’est un peu comme à Londres et en Norvège. Je trouve qu’au Québec, on se permet cela un petit peu : des corps différents et des visages différents. On voit moins cela chez nos amis américains. Je trouve que cela nous défini un petit peu.  

Valérie Chevalier

J’ai le goût de dire qu’on est un petit pays. Je sais qu’on n’est pas un pays, mais on a une identité propre au Québec. On produit énormément de télévision. On a nos chaînes télé, notre identité et notre langue. Je pense qu’ici c’est unique. On se reconnaît lorsqu’on regarde la télé, je dirais entre guillemets les vedettes. On n’est pas inaccessible comme dans d’autres pays comme les États-Unis. Le public est très proche des vedettes. Et je le sais parce que je faisais récemment partie du public et je suis ici maintenant. Je trouve qu’on se reconnaît dans notre télé.  

Véronique Cloutier

D’abord, elle se démarque par son public. Lorsque tu regardes le ratio, la population, le nombre de personnes qui regardent la télévision chez nous par exemple les dimanches soir versus la population complète du Québec, quand tu regardes toute la proportion ailleurs, c’est inégalée. Il y a l’amour que les gens portent à notre télévision. Et aussi, on fait beaucoup et on peut rivaliser avec d’autres pays du monde, mais avec beaucoup beaucoup moins de moyens. Le talent et le cœur à l’ouvrage, ils sont là. Je pense que c’est comme ça qu’on se démarque des autres.

 

Somme toute, nos artistes et artisans se démènent corps et âme pour nous offrir le meilleur dans notre télévision tous les soirs. Nous devons être fiers de nos produits québécois. Avec peu de moyens, on peut se vanter qu’on a du contenu original et qui saura plaire pour un bon nombre d’entre nous.

Crédit photo : ©Maryse Phaneuf/MatTv.ca

Vous pourriez aussi aimer...