TableRase_ClaudiaCordovaZignago

Table rase

Une pièce magnifiquement poignante!

TableRase_ClaudiaCordovaZignago

© Claudia Cordova Zignago

Par Bella Richard

Tout le monde a déjà, un jour, même secrètement, souhaité recommencer sa vie à zéro… fantasmé de tout laisser derrière, de tout abandonner, afin de repartir sur de nouvelles bases. Soit, mais tout le monde n’en a pas eu le courage. La pièce de théâtre « Table rase » nous entrechoque, nous bouscule, nous émeut et nous questionne, rendant ainsi la connue expression « faire table rase » un peu plus claire, lui donnant tout son sens. Produite par Transthéâtre, mise en scène par Brigitte Poupart et interprétée avec brio par six jeunes femmes au talent immense et au naturel désarmant, la pièce se déroule à L’EspAce Libre dans un décor habilement épuré. Une table, six chaises et un canapé surplongé de quelques cadres et d’une tête de cerf empaillée surnommée « Serge », nul besoin de plus d’artifices pour transporter le spectateur au cœur d’un incontournable party de filles agrémenté par la folie des protagonistes aux personnalités colorées et différemment éclatées.

Les six personnages, joués par les comédiennes Vicky Bertrand, Marie-Anick Blais, Catherine Chabot, Rose-Anne Déry, Sarah Laurendeau et Marie-Noëlle Voisin, abordent, dans un chalet autour d’une table bien arrosée, de multiples sujets allant de la sexualité à l’infidélité, de l’amour de soi à l’amour avec un grand A, celui qui résiste – ou qui devrait résister – à tout, passant par la mort et le deuil situationnel. Est-ce égoïste de vouloir avoir un enfant, dans ce monde où « la fin du monde approche », ou est-ce égoïste de ne pas en vouloir? Nous assistons en tant que voyeurs à tout un pan de questionnements existentiels sur les besoins de la femme paradoxalement à ses envies réelles. Des regrets parsemés de « j’aurais donc dû » caractérisent cette soirée qui est le point de non-retour de leur vie qui ne sera plus jamais la même. Les six amies se réunissent pour se libérer des chaînes qui les lient au passé: couper leurs cartes de crédit, détruire leur téléphone cellulaire, se défaire de relations malsaines, vendre leurs biens, bref, recommencer. Point. Tantôt hilarante, tantôt triste et bouleversante, cette production est d’une pureté incommensurable! Une oeuvre des plus poignantes et attendrissantes, vraie, présentée en une heure et demie.

Pour assister à cette performance, cliquez sur le lien suivant.

Texte révisé par : Matthy Laroche

Vous pourriez aussi aimer...