Sylvain Cossette au Cabaret du Casino de Montréal

Un retour glorieux pour le chanteur charismatique

cossette 3

© Photos page Facebook de l’artiste

Par : Grégory Wilson

Sylvain Cossette a été accueilli en héros lors de sa première de sa tournée 80’s jeudi au Cabaret du Casino de Montréal.

« Je suis super content, je vais vous le dire toute la soirée, je vais être redondant, mais vraiment je capote présentement. Après trois ans d’absence, de rejouer ces tounes-là, c’est vraiment le fun. », déclare-t-il au public enjoué.

Comme à sa coutume, l’auteur-compositeur-interprète de renom a ébloui les spectateurs avec sa gamme vocale et son endurance, interprétant une multitude de morceaux à la perfection en continu. À titre d’exemple, il a entamé son spectacle avec un medley d’environ sept minutes, mettant en vedette les moments forts de Never Tear Us ApartLet’s Dance, Every Breath You Take et Don’t You entre autres.

Son engouement pour ces classiques des années 80 se reflétait d’ailleurs autant dans ses yeux pétillants de plaisir ainsi que par toute l’énergie déployée sur scène. En effet, le chanteur distingué et son groupe musical ont entrepris chaque chanson avec une intensité et une joie inouïe.

À la mi-temps, Sylvain Cossette fit une pause des classiques anglophones pour s’attaquer à quelques morceaux francophones qui ont aussi marqué cette décennie, dont Larmes de métal de Soupir, qu’il qualifiait comme « la plus meilleure chanson du new wave québécois » sous les rires et les applaudissements du public.

L’enthousiasme contagieux du groupe s’est rapidement répandu dans la salle, et, à mesure que le spectacle avançait, les sièges se désertaient. Le guitariste, Matt Laurent, brillait tout particulièrement. Tout au long de la soirée, il dansait et interagissait avec le public de façon électrisante et dynamique. Chacun de ses solos de guitare a par ailleurs été accompagné des applaudissements considérables de la part du public impressionné.

J9sdqcAQ

© Judith Cossette

Le spectacle prit réellement son envol lors du medley de chansons d’amour. Le chanteur magnétique a commencé ce nouveau marathon musical en interprétant Lady In Red. Par contre, lorsqu’est venu le temps de s’atteler au prochain morceau, True de Spandau Ballet, le bassiste prit le relai en tant que chanteur principal. En fait, chaque musicien a eu l’occasion de briller dans le cadre de ce medley. Les spectateurs, émerveillés par tant de belles voix en train de chanter les classiques comme Hello, I’m Never Gonna Dance Again et The Captain of Her Heart se sont mis à danser et chanter à tue-tête avec le groupe sur scène.

Dès lors, rares étaient ceux qui réussissaient à se rasseoir pour plus d’une chanson. Le public se laissait emporter par la fièvre de la danse sous les rythmes de Karma Cameleon, Wake Me Up Before You Go-Go, et Never Gonna Give You Up, parmi tant d’autres.

YEINFHNA

© Judith Cossette

Pour couronner le tout, Sylvain Cossette et son groupe entreprit deux des morceaux les plus populaires de U2 lors du rappel, Where The Streets Have No Name et Sunday Bloody Sunday. Bien entendu, les membres du public ont répondu à l’appel et le spectacle a pris fin sous le tonnerre d’innombrables voix et d’applaudissements.

Texte révisé par : Johanne Mathieu

Vous pourriez aussi aimer...