Soirée bénéfice du Rockfest pour les CALACS

Un avant-goût du Rockfest 2018

7

©Maryse Phaneuf/MatTv.ca

Par: Ariane Coutu-Perrault

Le Rockfest de Montebello organisait samedi dernier une soirée spectacle-bénéfice pour le Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS). Il est important de souligner que tous les groupes présents ainsi que les commanditaires et les équipes à l’arrière-scène ont accepté de performer gratuitement afin d’apporter leur soutien au CALACS.

La soirée a commencé avec The Horny Bitches, la seule formation féminine à l’horaire de la soirée. Les filles ont réchauffé la salle avec leur punk agressif. Elles étaient suivies de Story Untold qui, ayant un style beaucoup plus pop que celui des filles de Horny Bitches, avait un bon défi à relever. Même si les jeunes musiciens étaient dans un ton plus soft que les autres groupes prévus à la programmation, ils ont réussi à maintenir le cap. Ils ont assumé leur côté pop tout en livrant une performance énergique. Ils ont terminé leur prestation en confirmant qu’ils seront au Rockfest 2018.

9

Par la suite, le groupe de pseudo métal ludique Dance Laury Dance est monté sur scène (soulignons que c’était le groupe le moins professionnel de la soirée). Le bassiste Sébastien “Harry” Deschênes ne s’est pas empêché de montrer ses talents musicaux en s’avançant vers la scène durant une longue passe de basse. Moment audacieux lorsque l’on joue avant Vincent Peakeun virtuose de cet instrument. Sébastien Deschênes s’est très bien défendu, même si le chanteur a pilé sur son fils par mégarde. Ce qui aurait pu causer un flop a plutôt créé un moment drôle et humain que la foule a su apprécier. Comme quoi parfois, la simplicité et l’honnêteté l’emportent sur l’extravagance.

La soirée s’est continuée sur une note complètement différente avec le groupe Brown, formation familiale montréalaise rassemblant le rap et le reggae. Un groupe intéressant, mais qui malheureusement, ne cadrait pas tout à fait avec le rythme et l’ambiance déjà installés. Une performance plus hâtive dans la soirée aurait été mieux reçue, mais ils auront la chance de se reprendre cet été au Rockfest. Deadly Apples devait donc mettre les bouchées doubles pour rehausser l’énergie de la foule.

21

MUDIE est ensuite monté sur scène avec son groupe pour offrir une prestation de son dernier album qui s’éloigne un peu du punk qu’on lui connait, en ajoutant une touche plus rap. Mention d’honneur à Hugo Mudie, qui a pris position concernant le manque de femmes sur scène, et ce dans tous les festivals. C’était d’ailleurs le premier artiste à souligner concrètement l’enjeu de la soirée, c’est-à-dire soutenir les victimes d’agressions à caractère sexuel. Alors qu’il lui restait 10 minutes à son temps de scène, il a laissé la place à un groupe de femmes, Les VuvletsLeur son band de garage rétro a été très bien reçu par le public. C’est un groupe à surveiller et qu’on aurait aimé écouter plus longtemps.

22

La soirée s’est enchaîné avec Pépé qui est monté seul sur scène avec sa guitare acoustique. Même s’il était seul, il a donné une performance aussi énergique que celle des groupes. Il a réchauffé suffisamment la foule pour faire place à AnonymusLes gars d’Anonymus, pionniers du métal québécois, ont offert un spectacle tellement chargé et électrisant que toutes les lumières sur scène se sont éteintes. Le chanteur a demandé au public de sortir leur téléphone, ce qui a créé une ambiance féerique et contrastante avec leur musique brutale.

25

Le clou de la soirée fut évidemment les 40 minutes de Groovy Aadvrak qui venait clôturer la soirée. Les membres se sont prudemment avancés sur les circonstances de la soirée en affirmant qu’ils n’avaient rien à se reprocher. Afin d’apporter leur soutien, les gars de Groovy Aadvark ont ressorti une chanson qu’ils n’avaient pas jouée depuis 13 ans; Imposer. Une chanson qui dénonce les gars qui utilisent la force sur les femmes à des fins sexuelles. Le groupe, ne faisant que quelques prestations par année, m’a affirmé avec sincérité qu’ils avaient accepté de participer à la soirée parce que la cause leur tenait vraiment à cœur. Il va sans dire que les membres de Groovy Aadvark sont très éthiques et respectueux de la scène locale. Même s’ils choisissent leur apparition, ils sont toujours fiers d’être sur scène et offrent une excellente performance. Ils étaient d’ailleurs contents de me confier qu’ils seront présents au Rockfest cet été.

2

Si la soirée s’est bien déroulée, il y avait nécessairement un manque au point de vue du message de la CALACS. Il était trop facile de s’éloigner de la bonne cause derrière l’ensemble de la soirée, et c’est une cause importante qu’on ne devrait pas oublier. Il aurait été plus que pertinent d’avoir une meilleure représentation des femmes pour ce qui est des groupes invités, mais aussi d’avoir quelques rappels et informations concernant le consentement…

Crédit photo : ©Maryse Phaneuf/MatTv.ca

Texte révisé par : Nabila Chabane

Vous pourriez aussi aimer...