Soirée Aston Martin au Ritz – très mitigée

Du pareil au même et accessibilité très restreinte pour les médias

DSCF2114-5

Crédit photo : Mathieu Pedneault

Équipe de rédaction

Hier soir avait lieu la soirée Aston Martin au prestigieux hôtel Ritz Carlton de Montréal, une célébration présentée en collaboration avec l’écurie Redbull Racing. Il fut possible d’apercevoir plusieurs personnalités québécoises telles qu’Adonis Stevensen, Jonas, Annie Villeneuve, Caroline Néron, Patrice Brisebois, Jean Pascal, Guy Carbonneau, Denis Gagnon, Max Pacioretty ainsi que directeur de l’écurie Redbull Racing Christian Horner, marié de la Spice Girl Geri Halliwell. Plusieurs autres vedettes ont aussi foulé le tapis blanc puisque celui-ci n’était pas rouge. Pour ceux qui connaissent l’événement, la liste des invités est du pareil au même depuis plusieurs années, peut-être un vent de fraîcheur pourrait apporter un nouveau souffle à cette prestigieuse soirée mondaine.

DSCF2473

Mis à part les personnalités du milieu sportif et des affaires anglophones, il fut très décevant pour les nombreux médias présents de constater un refus global ou presque des médias locaux à l’intérieur des murs de l’événement. Souvent, les célébrations du Ritz sont une certaine récompense pour les médias présents couvrant le tapis rouge puisque la nourriture, l’ambiance et les célébrités qui s’y retrouvent sont en abondance. Cette année, les médias étaient tous refusés par le Ritz Carlton à l’intérieur des murs de l’établissement étant donné que l’événement était soit disant « beaucoup trop haut de gamme pour accueillir les médias ». À partir de 21 h 30, les médias étaient invités à quitter le Ritz Carlton. On nous a écrit que cette année, l’entrée était d’une valeur de 750 $, donc tous les médias « sauf un » pour ne pas le nommer pouvaient entrer à l’intérieur de l’édifice et rapporter au public l’ambiance qui s’y trouvait. Triste constatation puisque les précédentes éditions furent une toute autre expérience pour les journalistes, photographes et vidéastes de la métropole.

Le métier de journaliste culturel consiste à faire vivre les événements majeurs et à relater les faits saillants à ceux qui n’ont pas la même chance que nous, journalistes du milieu culturel. Malheureusement, certaines entités ne semblent pas comprendre cette notion.

DSCF2449-2

C’est avec réjouissance que l’honorable sénateur Jacques Demers a fait une apparition aux abords du tapis rouge de l’événement. Celui-ci semblait apprécier la présence des médias et du public. Mis à part quelques problèmes techniques, la sécurité aux alentours du tapis rouge aurait pu être beaucoup plus présente afin d’assurer la sécurité des célébrités et membres des médias. À 750 $ l’entrée, la sécurité sur le tapis rouge aurait pu être grandement renforcée. Peut-être était-ce un manque de personnel, de planification ou de jugement? De simples citoyens auraient pu facilement perturber l’événement. N’importe quel passant pouvait accéder aux célébrités. Heureusement, le tout s’est tout de même bien déroulé.

DSCF2267-2

Selon les relations publiques de l’hôtel Ritz Carlton, la chanteuse de renommée mondiale Ciara était « supposément supposée » être de la partie. Selon les relationnistes de presse présents, le vol de la star aurait été retardé causant ainsi son absence. Était-ce une tactique pour attirer davantage les médias?

Malheureusement, nous gardons pour la première fois un goût très amer de notre expérience aux festivités qu’offre  chaque année le Ritz Carlton de Montréal. Malgré tout, vous pourrez constater nos superbes photos prises par notre rédacteur en chef Mathieu Pedneault. En espérant que l’édition 2019 soit plus accessible et sécuritaire pour les membres des médias locaux.

Crédit photo : Mathieu Pedneault

Texte révisé par : Annie Simard

Vous pourriez aussi aimer...