Sèxe Illégal, drogue et rock’n roll

Les rockstars de Juste pour rire

© Facebook Sèxe Illégal

Par Maxime .D-Pomerleau

Le légendaire duo comico-musical présentait son spectacle 361° à Juste pour rire samedi dernier. Comme le chanteur l’a mentionné d’entrée de jeu, ce n’était pas des degrés Celcius mais des degrés de rond, l’audience constituant 360° et Sèxe Illégal le degré magique du fameux 361°. On aurait très bien pu parler de température car malgré l’air climatisé Paul Cèxe et Tony Légal ont bien assumé leur rôle de rockstar les plus hots de la planète et je dirais même plus, du Québec.

On aurait aimé se croire au Centre Bell pour l’occasion (ce n’était pas l’enthousiasme du public qui manquait) mais la 5e salle de la Place des Arts étant à moitié vide et le public assis, on perdait l’énergie d’une foule, ce qui donnait une ambiance un peu aseptisée pour un show rock. La configuration de la scène centrale rendait la production du spectacle difficile dans d’autres salles, mais on les a vu dans de meilleurs contextes.

Repoussant les limites à l’extrême, le duo se produisait sous la forme d’un trio, devenant de ce fait le premier duo-trio au monde. Rarement aura-t-on vu un batteur aussi populaire que JF, dont la foule a scandé le nom à plusieurs reprises, rendant même Paul et Tony borderline jaloux. Durant l’heure qui a suivit le groupe a interprété des succès internationaux de ses albums 40 ans dans l’chant et Rock Danger. Ça a commencé fort avec les chansons d’ouvertures de Rock Danger puis la psychotronique et très rock pour l’occasion D’la Poud, qui s’adresse au consommateur averti. Mais Sèxe Illégal ce n’est pas seulement des chansons à la Live Fast Die Young, les humoristes ont aussi le cœur sur la main.

© Site officiel Juste pour rire

Le groupe a pris un moment pour nous partager une cause qui lui tient beaucoup à cœur : la maladie de la pauvreté, qui leur a inspiré la chanson Désolé. Paul est même allé jusqu’à jouer de la guitare dans la salle, parmi les pauvres, mais pas trop proche quand même. Tony quant a lui, à permis à quelques quidams de vivre leur moment Rêve d’enfant, lorsqu’il a fait le geste généreux d’aller toucher des personnes pas connues en première rangée. Finalement, grâce à Mathieu Séguin et Philippe Cigna, les mononcles cochons et déplacés ont maintenant leur hymne qui rentre « droit au but » avec Macho Pichu (Marcel).

Comme tout bon rappel qui se respecte, Sèxe Illégal a terminé le concert en crescendo avec une tune qu’ils sont écoeurés de faire, Kool-Aids, leur hommage personnel à Freddie Mercury, une autre légende du rock qui n’a malheureusement pas pu côtoyer les gars. Enfin, le groupe a offert une reprise intégrale de la pièce Ding-Dong de Pierre Harel, qui sied étrangement bien à leur univers! Il manquait Paraplaisirs au palamarès, mais le groupe sait se faire désirer. Ce sera pour la prochaine tournée!

Qu’il prenne son inspiration dans les moyens de transport (Microbicyclette, Lesotho Mobile), les phénomènes sociaux comme le Dix30 et le mouvement #metoo, ou encore les voyages culturels ou transcendentaux sur le mush (qui est aussi un moyen de transport selon Tony, parce que l’on va loin mais pas vite) Sèxe Illégal apporte une fraîcheur au rock’n roll avec ses observations champ gauche, ses riffs entraînants et son charisme indéniable. VIVRE!

Ordre des chansons

DANGER
D’autre chose
D’la Poud
Microbicyclette
Lesotho Mobile
10/30
Désolé
Baby Bitch
Macho Pichou (Marcel)
Petit-homme fusée

Rappel

Kool-Aids
Ding-Dong (reprise de Pierre Harel)

#FestivalJPR

Écrit par

Geekette de la musique de champ gauche, passionnée de culture et de médias, animatrice radio, artiste en performance et petite voyageuse. Doyenne des collaboratrices de MatTv.ca!

Vous pourriez aussi aimer...