Danser sa vie à l’Igloofest

Retour sur une fin de semaine des plus festive

PETER_RYAUX-LARSEN_IGLOO16 - 057 - 0125

©Peter Ryaux-Larsen/Igloofest

par Mélissa Thibodeau

Ils étaient 18 442 à danser à la belle étoile au Vieux-Port de Montréal dans le cadre de la 3e et avant-dernière semaine de l’Igloofest. Le tout dans une température hivernale des plus clémente, du rarement vu! Que ce soit de purs et durs amateurs de musique électro ou des gens qui sont tout simplement fan des festivités, la foule semblait être tous sourires alors qu’ont défilé sur les scènes Sapporo et Vidéotron Mobile des DJs de renommée tels que Carl Craig, Gina Turner, Lafleur et Poirier.

Si ma collègue Maxime a dû faire la filée pendant 45 minutes pendant la 1re fin de semaine, j’ai été plus chanceuse de mon côté vendredi et samedi dernier. Accompagnée d’une amie qui en était à sa 3e fin de semaine d’Igloofest 2016 (et à son 4e Igloofest en général), nous sommes arrivées assez tôt pour éviter les longues lignées.

Tout de go, vendredi soir, après la tournée des photos #Iglooswag et un verre ou deux de vin chaud, mon amie et moi sommes allées explorer ce qui se passaient du côté des DJs. Sur la scène Sapporo, nous sommes arrivées à temps pour Heidi, une Canadienne d’origine qui habite maintenant Londres. Cette dernière a offert un solide set techno qui a semblé plaire à plusieurs, mais qui m’attirait un peu moins personnellement. C’est pourquoi nous avons traversé vers la scène Vidéotron Mobile afin de voir ce que la Suédoise Lafleur, cette ancienne-pharmacienne-maintenant-devenue-DJ allait nous prescrire comme ordonnance musicale. J’avoue que sa house aux rythmes plus « tribaux » campait mieux dans la niche de la néophyte que je suis.

DENIS_WONG_IGLOO16-86

©Denis Wong/Igloofest

Je suis retournée vers la scène Sapporo afin de voir Carl Craig, l’un des gros noms de la programmation. Cette icône de la musique électro a réchauffer la foule avec son house « Detroit Love ».

Samedi a été ma soirée préférée musicalement parlant. Aussitôt arrivée sur les lieux, la musique de la newyorkaise Gina Turner nous a attirées à la scène Sapporo. J’apprends d’une amie que Gina est la femme d’un autre DJ très connu, Laidback Luke avec qui elle a également développé le projet musical Nouveau Yorican. En solo, Gina Turner a offert un set dance house constant et impeccable pour reprendre les termes de mon amie. Gina a très bien réchauffé la foule avant l’arrivée du Français Sébastien Léger dont le set haut en énergie semblait avoir provoqué des sourires permanents dans la foule qui était en transe.

Pendant ce temps, une autre belle folie virevoltait également du côté de la scène Vidéotron mobile alors que l’un des pionniers de la scène électronique québécoise Poirier, offrait également une performance du tonnerre. Il a incorporé des rythmes « world » à du matériel qui se trouvera sur son 10e album, Migration, dont la sortie est prévue ce mois-ci sur le label londonien NICE UP! Records. On a pu également entendre des éléments tirés de ses soirées mensuelles « Qualité de luxe » auxquelles prend également part Mr Trouré qui a précédé Poirier, samedi. Une scène forte sur l’afropop capable de faire grimper le mercure!

Expérience immersive

Igloofest offre plus qu’une expérience auditive, l’événement est haut en couleur, littéralement. Le public est des plus colorés : ce n’est pas tous les jours que l’on va voir une giraffe se secouer le popotin avec une femme arc-en-ciel. C’est le défilé des combinaisons de neige rétro, des vestes de poil et des pyjamas d’animaux. Plus c’est fou, plus on aime ça.

PETER_RYAUX-LARSEN_IGLOO16 - 042 - 1064

©Peter Ryaux-Larsen/Igloofest

Mais il ne faut pas négliger l’apport d’une multitude de VJs dont les projections et jeux de lumière ont grandement contribué à rendre ces soirées des plus éblouissantes. Avec sa scénographie immense, Igloofest offre une expérience immersive où l’on danse dans des jeux et projections de lumière impressionnants. On a fait appel à un groupe d’excellents artistes dont quelques-uns en étaient à leur première expérience d’Igloofest. Pendant mes deux soirées passées à l’Igloofest, j’ai été tout particulièrement été épatée par les créations de VJ Zef et de VJ Yanneek. D’ailleurs, les seuls VJs de l’étranger, les Berlinois Pfadfinderei seront de la fête le 4 février.

Pour ceux qui n’ont pas encore eu l’occasion de vivre l’expérience Igloofest 2016, il ne reste qu’une fin de semaine à en profiter! L’ultime week-end accueillera entre autres Modeselektor, Tale of Us et Brodinski.

Plus de détails —> igloofest.ca

 

 

Vous pourriez aussi aimer...