Résonances Boréales

Des couleurs rythmées

resonance boreales

©Roman Zavada et la SAT

Par Violaine Morinville

Le spectacle immersif Résonances Boréales est présenté à la SAT du 18 février au 18 mars 2016 dans le cadre du Festival Montréal en lumière. Une création originale de Roman Zavada, en collaboration avec Dominic St-Amant et Bruno Colpron de la SAT. L’œuvre établit un dialogue entre les résonances du piano et l’image projetée par la captation d’aurores boréales filmées en 360 degrés.

Le concert musical de Roman Zavada, un solo de piano à queue installé à l’intérieur du dôme de la SAT, nous plonge dans un environnement naturel à la belle étoile. La mise en scène est simple et magique pour nous faire vivre une expérience sensorielle entre la terre et le ciel. D’une durée de 40 minutes, le concert nous fait voyager dans l’imaginaire en étant bien assis dans un coussin géant. À travers le mouvement d’images abstraites et photographiques de paysages naturels, le jeu des couleurs des aurores boréales se déploie d’une manière orchestrée de style contemporain. Les formes géométriques qui donnent l’impression d’un signal de résonances sonores apparaissent et disparaissent dans le ciel infini du dôme, puis évoluent d’un tableau à l’autre.

 

 

L’aspect sonore et visuel se marie harmonieusement. Des images d’arbres, de branches et de roches apparaissent pour créer une atmosphère naturelle de la mise en scène. Les couleurs d’aurores sont utilisées pour créer des formes géométriques qui dansent au-dessus de nos têtes, soit pour nous faire rêver ou relaxer. L’alignement des images fixes avec celles en mouvement s’enchaîne dans un rythme doux pour nous faire croire que l’on assiste à un concert en plein air.

La création du spectacle est fluide, calmante et innovatrice. L’imbrication du concert solo, en direct sous les projections d’aurores boréales aux couleurs dansantes, transmet bien le dialogue entre musique et cinéma. L’utilisation des images de la nature reconstruites en mouvements rythmiques fait la particularité de ce spectacle immersif. Il y a une certaine ressemblance avec la présentation du film sur les aurores boréales du Planétarium de Montréal  Aurôrae, mais ici on assiste à une création originale de piano intégré à une œuvre cinématographique jouant avec les couleurs célestes!

L’aspect de la performance musicale sous les projections rythmiques est bien fondu en un tout cohérent et organique. Cela semble une piste de création intéressante pour l’art contemporain en vue de jumeler le cinéma avec les arts de la scène! À voir jusqu’au 18 mars 2016. Visitez le site web de la SAT pour plus d’informations.

Vous pourriez aussi aimer...