Le phénomène des Youtubers

Rencontre avec Pierre-Luc Cloutier

10605447_10154584259665321_923230008_o

 ©Benoit Vermette

Par Jean-Baptiste Henry

Un homme seul, sans artifice, raconte des histoires drôles inspirées d’un quotidien qui le touche et touche son public. Ça vous dit quelque chose ? Ça s’appelle du stand-up, et ce n’est pas nouveau. La nouveauté, en revanche, c’est que PLC et les autres font rire de chez eux, face à une caméra. Dans ces « face cam », ces « one-man-video », peu importe le terme, on retrouve des « gimmicks » : gros plan sur le visage, moue prononcée, regards en coin, bandeaux affichés en énorme sur l’écran et musique appuyée, qui viennent contredire ou souligner ce qui est dit. Les styles varient, entre ceux qui ne sortent pas de chez eux, ceux qui se filment dans la rue, les poétiques et les potaches, les énervés, les drôles et les lourds. Certains thèmes sont omniprésents : la scolarité, le premier appartement, le permis de conduire, les filles, etc., d’autres étonnamment absents, comme la politique. Avec l’explosion des réseaux sociaux, notamment Facebook, et les plateformes de vidéos Dailymotion et YouTube, l’effet « levier » est énorme, sans précédent. Aujourd’hui, un ­vidéo peut se partager à l’infini.

Les « gamers » ont également le vent en poupe. Ils se filment en train de tester des nouveaux jeux vidéo, livrent leurs impressions et donnent quelques astuces à leurs fidèles adeptes. Aujourd’hui, ces gamers auraient plus de succès que les sites professionnels de jeux vidéo, dépassant le million de vues pour certaines vidéos. La frontière entre ces deux mondes est néanmoins très étroite.

1009034_10151545115507882_1743215280_o

©Facebook

Nous retrouvons une autre catégorie de YouTubers : ceux qui se spécialisent dans le conseil. Cette catégorie est plutôt féminine : des « vlogueuses » (contraction de « vidéo » et « blogueuse ») y livrent leurs astuces beauté. Nous les voyons se maquiller face à la caméra, pour un résultat « avant-après » souvent époustouflant. Les stars en la matière sont américaines, à l’image de Michelle Phan, qui compte 6 millions d’abonné(e)s pour 900 millions de vues. Elle s’est rendue célèbre avec une vidéo visionnée plus de 50 millions de fois et destinée à transformer les internautes en Barbies. Bien sûr, les promotions des produits de beauté ne sont pas toujours gratuites : de nombreuses vlogueuses se voient offrir des produits par des grandes marques, qui leur demandent de les promouvoir ou de se taire en cas de mécontentement.

Le géant des vidéos en ligne héberge des films en tout genre. Les chaînes les plus visionnées sur Youtube sont, en ordre décroissant, la chaîne du gamer suédois Pew Die Pie (25 millions d’abonnés et 4 milliards de vues), la chaîne du duo de YouTubers comiques américains Smosh (17 millions d’abonnés et 3 milliards de vues), la chaîne du YouTuber comique espagnol Hola Soy German (16 millions d’abonnés et 1 milliard de vues), la chaîne du YouTuber comique sino-américain Ryan Higa (14 millions d’abonnés et près de 2 milliards de vues), la chaîne de One Direction (près de 13 millions d’abonnés et 2.5 milliards de vues), la chaîne de la YouTubeuse comique américaine Jenna Marbles (13 millions d’abonnés et 1 milliard de vues),  la chaîne de Rihanna (13 millions d’abonnés), la chaîne du YouTuber comique américain Ray William Johnson (12 millions d’abonnés et près de 3 milliards de vues ) et la chaîne de gamers Machinima (plus de 24 000 vidéos et 10 millions d’abonnés). Ce palmarès regroupe donc des chaînes aux horizons très différents. Les YouTubers se mêlent aux stars internationales de la chanson. Ceux qui remportent le plus de succès semblent être les comiques et les gamers.

L’avenir des YouTubers semble se compliquer à plusieurs égards. Ainsi, depuis janvier 2014, les règles de monétisation des vidéos Youtube sont devenues plus sévères. À présent, les vidéos devront passer un « examen de monétisation » avant d’être publiées en ligne. Cet examen doit déterminer la conformité des vidéos aux conditions d’usage fixées par YouTube. Ainsi, par exemple, une vidéo de « gamer » devra obtenir l’autorisation de l’éditeur du jeu qu’il commente. Cet examen de monétisation peut retarder la publication des vidéos de quelques heures, voire de quelques jours. Affaire à suivre…

Youtuber est en train de passer progressivement du statut d’insolite à celui d’établi. De plus en plus de jeunes se lancent dans l’aventure des vidéos en ligne, avec plus ou moins de vues. Je souhaite alors à PLC du succès et surtout beaucoup de plaisir dans sa démarche créative qui le démarque.

Crédit photo: ©Benoit Vermette

Vous pourriez aussi aimer...