Les enchaînés en formule cabaret

Philippe B et Karina Champoux enchaînés à leurs souvenirs

philippeB

©Courtoisie

Par Sébastien Bouthillier

Philippe B et Karina Champoux transforment le café de l’Agora de la danse en cabaret encore ce soir. Mais pas n’importe quel cabaret, car ils prodiguent à celui-ci une ambiance hitchcockienne. Tandis que le métronome coupe le temps, les notes graves émanent du piano et le public s’enfonce dans la pénombre…

Une pénombre amoureuse où les ombres des deux protagonistes se cherchent, se croisent et s’approchent, sans jamais se rencontrer.  C’est plutôt à son propre fantôme que chacun est confronté.  La quête existentielle des personnages demeure infructueuse.  Le public assiste, impuissant, à leur abandon et à l’amour perdu qu’ils éprouvaient l’un pour l’autre.

Performance lugubre et sobre jouée dans les escaliers et les paliers adjacents du café-bar, Karina Champoux, ou le souvenir de la femme qu’elle interprète, glisse les marches au lieu de les descendre.  Philippe B, ou la mémoire qu’il lui reste d’elle, en conserve des impressions mitigées.

Encore une fois, l’Agora de la danse amplifie le travail des chorégraphes et des interprètes en provoquant la rencontre avec le public un moment après leur performance.

Les enchaînés, ce soir le 25 septembre à l’Agora de la danse.

Vous pourriez aussi aimer...