Nouveautés vidéoclips

Derrière des images, il y a une histoire

© Miley Cyrus – Mother’s Daughter

Par Marie Eve Archambault

Miley Cyrus – Mother’s Daughter

On le sait bien, Miley Cyrus aime bien provoquer. Son dernier vidéoclip ne fait pas exception à la règle. Toutefois, cette fois-ci, la jeune chanteuse a voulu livrer un message: célébrer le fait que nous sommes une femme; que nous soyons blanche ou noire, petite ou grande, mince ou obèse, transgenre ou non, nous avons notre place dans la société. Avec une chanson qui a pour titre Mother’s Daughter, on ne pouvait pas s’attendre à autre chose que d’avoir un clin d’oeil à Tish Cyrus, la mère de l’artiste.

Petit bémol, Miley Cyrus reprend, sans en attribuer le crédit, trois formules-chocs imaginées par une militante féministe québécoise pour des manifestations du groupe Femen en 2013. Cette dernière est honorée que ses mots soient repris par une grande chanteuse pop, mais Xenia Chernyshova se dit très déçue qu’on ne donne aucun crédit à la vraie créatrice de ses mots: « Every woman is a riot. » (Chaque femme est une émeute), « Sin is in your eyes » (Le péché est dans vos yeux) et « L’héroïsme de la chair.»

Post Malone ft. Young Thug – Goodbyes 

Post Malone a sorti tout récemment un sombre vidéoclip qui met notamment en vedette la jeune actrice Kathryn Newton (Pokémon: Détective Pikachu, Big Little Lies, The society). Après une bagarre entre deux gangs de motards, l’un des membres a sorti une arme blanche afin de poignarder Post Malone. Rapidement, tout le monde quitte la scène du crime, le laissant pour mort. Techniquement, il l’est. Mais n’ayant pas fait ses adieux à la fille qu’il aime, il renaît de ses cendres pour aller retrouver celle qui a pleuré toutes les larmes de son corps près de sa tombe.

Wake Island – Comme ça

Wake Island a lancé le 2 juillet dernier une nouvelle vidéo pour  la chanson « Comme ça », le deuxième titre du prochain album qui paraîtra à la fin de cette année. La vidéo met en vedette plusieurs acteurs de la scène culturelle et de la communauté LGBT du Québec dont Catherine Brunet (Matthias & MaximeLe Chalet, Mommy, Le Monde de Charlotte), Antoine Pilon (Matthias & MaximeLe Chalet), Jade Hassouné (de l’émission Netflix Shadowhunters) et l’artiste Hua Li. Tant qu’à vous parler de personnalités connues, on ne passera pas sous silence le travail de la direction artistique qui a été assuré par le designer Markantoine, une vraie étoile du monde de la mode.

Aux premiers abords, je n’ai pas compris ce qu’on nous présentait. J’ai reçu par la suite un communiqué qui expliquait en profondeur la signification des images qui nous sont présentées pendant environ 4 minutes. Après cette lecture, le vidéoclip a pris tout son sens.

Dans la vidéo, Wake Island tente d’illustrer leur expérience d’immigration en Amérique du nord, parsemée d’obstacles, de détours et d’adaptation. Au bout du chemin se trouve une revendication identitaire et la création d’un hybride culturel unique et riche.

Chacun des personnages représente une facette de cette expérience, et plusieurs d’entre eux doivent effacer, ou sacrifier une partie d’eux-mêmes pour s’adapter au nouvel environnement qui les entoure. Lory est aveuglée, le visage caché derrière des bandages; Pradeep brûle les photos du jeune homme qu’il était à son arrivée au Canada; Arielle est contrainte par des cordes; Peggy est perdue dans un labyrinthe de couleurs et d’obstacles qui l’étouffent; Jade renie sa réflexion dans le miroir, épris d’une rage identitaire. Pendant ce temps-là, Philippe et Nadim s’effacent totalement : les visages cachés par des masques, le corps en costume noirs et symboliquement peints en blanc par des bourreaux.

Petit à petit, les personnages se libèrent et assument pleinement leur identité. Lory révèle son visage parsemé de mots arabes et arméniens; Arielle apprend à contrôler ses cordes et ouvre la possibilité de s’en libérer; Jade transforme sa rage en danse expressive; Pradeep garde en sa mémoire la personne qu’il était; Peggy assume sa place dans le labyrinthe et prend confiance en elle. Les bourreaux, de leur part, voient leur réflexion dans les yeux miroirs de Nadim et Philippe. Se reconnaissant finalement dans ce regard, ils les libèrent et les aident à enlever leurs masques. Philippe et Nadim prennent contrôle de la situation et à leur tour, peignent leur bourreaux en noir pour arriver à une harmonie culturelle et un partage égal.

Léa Jarry – 29 Saint-Adolphe

Il y a 3 jours, Léa Jarry a dévoilé le vidéoclip de son extrait 29 Saint-Adolphe, pièce qui fait honneur à l’endroit où elle a grandi, c’est-à-dire la Baie-St-Paul. À travers cette chanson et ses images, l’auteure-compositrice-interprète partage sa fierté comme sa nostalgie pour son petit coin de pays, qu’elle a quitté pour vivre de sa musique dans la grande ville.

Parfois, on tombe dans un univers imaginaire et d’autrefois on a les pieds littéralement dans le réel. Le vidéoclip illustre la relation particulière que chacun entretient avec le concept de chez-soi.

Dans le vidéoclip, on y voit d’abord un jeune garçon issu d’une famille défavorisée qui se réfugie dans l’univers réconfortant du livre 29 Saint-Adolphe (titre de la chanson) emprunté à la bibliothèque du quartier. Ses moments de solitude sont alors habités par la présence des trois héroïnes du récit et l’endroit chaleureux qui berce leur quotidien. Au fil de sa lecture, le personnage principal se projette peu à peu dans ce monde qui le charme et intègre les souvenirs qu’associe Léa à son enfance et à cette adresse de Charlevoix.

Crédit de la photo à la une: © Vidéoclip de Miley Cyrus – Mother’s Daughter

Vous pourriez aussi aimer...