#MatPlusUltra : Days Gone

Un tsunami de zombies

©Sony Interactive Entertainment Canada

Par : Martial Genest

Days Gone est un jeu de survie dans un univers postapocalyptique de l’Oregon dans lequel un virus a transformé une majeure partie de la population en une horde de créatures assoiffées. Le joueur prend le contrôle de Deacon St John, un motard au cœur tendre avec un passé sombre. Une exclusivité pour la console PS4

À première vue, si vous trouvez que cela ressemble étrangement à plein d’autres choses, vous n’avez pas tort, le motocycliste chasseur de zombies, armé d’une arbalète fait tout de suite penser à Darryl de la série The Walking Dead, et les similitudes ne s’arrêtent pas là. Les routes sont pleines de véhicules abandonnés, certains édifices peuvent servir de refuges alors que d’autres sont tout simplement déjà infestés, et des campements accueillent les survivants.

Il y a plus de deux ans que vous avez laissé votre jeune femme blessée d’un coup de couteau entre les mains d’un scientifique du groupe NERO et avez survécu avec l’aide de votre compagnon de route Boozer, un autre motard du même club de motocycliste que vous. Sans être officiellement affilié avec un camp en particulier, vous faites affaire avec chacun dans le but de marchander pour certaines ressources.

La mode des mondes ouverts est de plus en plus recherchée par les joueurs. Ceux-ci vont même critiquer ouvertement sur les réseaux sociaux et les forums lorsque le jeu ne laisse pas assez de latitude. Contrairement pour Days Gone, l’aspect ouvert du monde du jeu semble être une de ses faiblesses, l’histoire en est saccadée et manque de cohérence, et la quête principale perd de son importance et semble être une simple quête comme les autres. L’interaction avec son compagnon de route ne représente pas aussi bien le lien qui a grandi en deux êtres ayant compté l’un sur l’autre pour leur propre survie.

La crainte, l’univers de Days Gone nous aide à craindre plusieurs éléments pour notre survie, non seulement les créatures mutantes sont plus nombreuses la nuit, les loups et les ours non mutés peuvent aussi s’avérer des adversaires coriaces. Puisque tous les déplacements se font à moto, il est impératif de la maintenir en bon ordre, car s’il y a bien une chose à éviter, c’est de tomber en panne en plein milieu de nulle part à la tombée de la nuit. Avec l’arme de combat pour le corps-à-corps qui se détériore rapidement, les munitions restreintes pour les armes à feu et l’arbalète, l’approche frontale est fortement déconseillée.

Quoique le jeu semble un assemblage de plein d’autres jeux et ne se démarque pas énormément, il présente tout de même un excellent produit au final. Le visuel est merveilleux, il est même très facile de reconnaître l’acteur Sam Witwer sur qui le personnage principal fut modelé. Les commandes sont très intuitives, ce qui les rend faciles à apprendre. Au moment d’écrire ces quelques lignes, plus de 46 heures de jeu au conteur et j’apprécie encore celui-ci. Le groupe de Bend Studio a réussi à bien livrer la marchandise.

La copie d’évaluation de Days Gone fut une gracieuseté de Sony Interactive Entertainement Canada.

Note : 7/10

 

Vous pourriez aussi aimer...