luminotherapie-impulsion-4_photo-ulysse-lemerise_osa_800x450 (1)

Luminothérapie 2016

La Place des Arts investie par des bascules sonores et lumineuses

luminotherapie-impulsion-4_photo-ulysse-lemerise_osa_800x450 (1)

©Ulysse Lemerise

Par Johanna Pocobene

Dans le cadre de la sixième édition de Luminothérapie, la Place des Festivals se transforme en un immense terrain de jeux interactifs, du 10 décembre 2015 au 31 janvier 2016. Mercredi a eu lieu l’inauguration de l’oeuvre mise en lumière : Il s’agit d’Impulsion, une création participative de la firme torontoise Lateral Office et CS Design, en collaboration avec EGP Group, toutes deux de Montréal.

Cette année encore, c’est sur un aspect ludique que s’ouvre cette sixième édition de Luminothérapie. Après avoir jouer l’hiver passé avec les prismes de Raw Design sur la place des Festivals et les ballons-poires de Lüz Studio, les montréalais auront le plaisir cette année de découvrir 30 bascules sonores et lumineuses. Les bascules sont installées sur la Place des arts donnant l’impression d’être face à une immense cour de récréation. Les bascules disposent de lumières et de haut-parleurs, elles émettent une séquence harmonieuse qui crée une onde lumineuse et sonore.

impulsion-theatre_maisonneuve-par-iregular-photo-martine-doyon_800x450

©Martine Doyon

Les bascules sont accompagnées de neuf vidéoprojections architecturales réalisées par deux artistes montréalais, Maotik et Irregular. Elles offrent une expérimentation visuelle et tendent à faire écho au jeu des bascules.

Lors de l’inauguration, deux des créateurs étaient présents. Conor Sampson de la firme CS Design et Lola Shepard de Lateral Office se connaissent depuis l’université et travaillent ensemble sur le projet. Ils reviennent sur leurs œuvres présentées pour cette sixième édition.

« Cela fait longtemps que nous avons un intérêt pour l’espace urbain, nous avons voulu jouer sur cette question de l’interactivité du public par rapport à une installation.  C’était notre point de départ.  De plus, nous nous intéressons également depuis longtemps au rapport urbanisme et température froide. Même si d’habitude cela concerne le Pôle Nord !» note Lola Shepard

Le premier instinct était pour les créateurs de savoir comment investir un espace aussi vaste que la Place de Arts de Montréal « Il fallait occuper l’espace de la meilleure manière et un objet répétitif comme les bascules permettait d’avoir une texture intéressante, ce même vocabulaire est répété autour avec les projections sur les murs. » explique Conor Sampson de la firme CS Design.

La Luminothérapie s’inscrit comme un événement incontournable de la saison hivernale montréalaise et rappelle  que Montréal fait partie du Réseau des villes créatives de l’UNESCO à titre de ville de design. Ce réseau regroupant 69 villes de 32 pays, permet aux créateurs des villes membres de mettre en commun leurs expériences, mais aussi de favoriser le partage de connaissances à l’échelle internationale ou encore les échanges de bonnes pratiques.

Vous pourriez aussi aimer...