Lotus d’or

Un classique de l’érotisme chinois

DSC06872_1

© Gabriel Talbot/MatTv.ca

Par : Gabriel Talbot

Notre perception de la Chine face à la sexualité est souvent celle d’un peuple puritain qui dévoile peu de ses fantasmes et de l’érotisme qu’ils vivent. Mais la longue histoire de la Chine a créé des chefs-d’œuvre littéraires que nous découvrons petit à petit.

Ce très beau ballet chinois est tiré d’un grand classique de la littérature érotique chinoise du XVIIe siècle et fut longtemps interdit en Chine, quoiqu’il circulât discrètement au fil des siècles. L’évolution politique des dernières années en Chine a permis, depuis 2011, à la troupe Beijing Dance Theater de monter ce ballet et de présenter cette œuvre partout dans le monde.

DSC06894_1

© Gabriel Talbot/MatTv.ca

L’histoire raconte la vie d’un séducteur qui entretient de multiples liaisons avec maîtresses, épouses et concubines. De ces aventures galantes qui se déroulent discrètement derrière les rideaux de soie se profilent la jalousie, la haine et la vengeance de Lotus d’or qui désire être l’unique passion de ce coureur de jupons. La mort sera malheureusement au rendez-vous de ce pornocrate, car on ne se fait pas que des amis dans un pareil univers.

Le spectacle d’une durée de 2 heures est entrecoupé de deux entractes qui nous permettent de lire les résumés des actes pour mieux suivre le déroulement de l’histoire. La mise en scène est excellente, la musique est moderne pour ainsi plaire à un vaste auditoire, les costumes sont simples, mais sont parfaitement appropriés au sujet de ce drame amoureux. Les danseurs sont d’une élégance inégalée et leur interprétation de ce classique littéraire est d’une grande sensibilité qui sait charmer l’auditoire.

DSC07142_1

© Gabriel Talbot/MatTv.ca

Ce spectacle de très grande qualité nous est présenté les 1er et 2 octobre au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts de Montréal. Rendez-vous sur le site Web du spectacle Lotus d’or pour plus de détails.  Bon spectacle!

 

© Gabriel Talbot/MatTv.ca

Texte révisé par : Johanne Mathieu

Vous pourriez aussi aimer...