L’Orchestre symphonique de Montréal et Fred Pellerin

Maison symphonique et… Magasin général

 

© François Daoust/MatTv.ca

Par : Francis Minville

Tout commence avec la salle de la Maison symphonique de Montréal. L’élégance, la simplicité, le confort ne sont que quelques qualités pour décrire cette salle, maintenant, emblématique de l’Orchestre symphonique de Montréal. Je n’avais jamais eu ni la chance de visiter cette salle, ni la chance d’assister à une prestation de l’orchestre dirigé par M. Kent Nagano. Je suis maintenant persuadé qu’il n’y a pas d’âge pour assister à ces concerts et que chaque personne gagnerait à y aller. Certains événements, comme celui auquel j’ai assisté, permettent une introduction plus facile au monde de l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM).

Avant le début du spectacle, je remarque que la salle est pleine à craquer, et tous ont hâte à l’arrivée du chef d’orchestre et du conteur. Les musiciens et le conteur Fred Pellerin, ou comme il se plaît à le dire, le conteux, se réunissent pour un conte de Noël. Ce jumelage entre l’art de la parole et la grâce de l’orchestre en est à son quatrième volet. Comme Fred Pellerin le mentionne : « c’est le quatrième d’une trilogie! » D’ailleurs, ce mélange des deux arts est fait d’une façon exemplaire. De l’humour et de la musique à une parfaite quantité.

Ce quatrième spectacle avec Fred Pellerin et Maestro Nagano a pour titre Les jours de la semelle. Ce conte raconte la fois où la célèbre ville de Saint-Élie-de-Caxton a failli sombrer dans un Noël économique. Peu enchanteur dit comme ça, mais M. Pellerin nous amène dans les grandes valeurs de Noël comme la tradition, l’esprit de Noël et le partage. Il commence le spectacle avec une affirmation : Noël n’est plus religieux, mais économique. Son conte comporte plusieurs personnages emblématiques de ce village tous plus colorés les uns que les autres. Par exemple, Gros-Charles l’encyclopédie sur patte, les 473 Gélinas et le curé sont présents, ainsi que le personnage central de cette histoire Toussain Brodeur et son magasin général. Le personnage se verra confronté à des dilemmes, des situations loufoques, des moments tristes et des situations embarrassantes sur un fond d’enquête. Il devra trouver le miracle de Noël, mais surtout le voleur des bûches de chauffage. Le village de Saint-Élie-de-Caxton vivra son miracle de Noël qui permettra de rallumer la flamme du vrai Noël. Le tout est très bien ficelé par la musique dirigée par la légèreté et la grâce des commandements du Maestro Kent Nagano. Une complicité entre le conteur et le chef d’orchestre permet quelques fous rires, mais surtout une finale surprenante.

Pour finir, la Maison symphonique de Montréal est un lieu féerique et qui se prête à la transmission de ces contes. Ce spectacle allie l’humour populaire et la noblesse de la musique de l’OSM. C’est un moment magique à passer en famille ou entre amis. Pour savoir ce qui unit l’histoire de Fred Pellerin et la musique de l’Orchestre symphonique de Montréal, rendez-vous sur le site Web de la Maison symphonique de Montréal, pour l’achat de billets.

Crédit photo : © François Daoust/MatTv.ca

Texte révisé par : Annie Simard

Vous pourriez aussi aimer...