#Bitch – Les filles et la violence

Un documentaire et un livre percutant

DJR_150521_Archives_016

Photo : Courtoisie

Par Isabelle Dominique Kroeh

Jasmin Roy a convié les médias jeudi matin à l’école Villa-Maria afin de leur présenter le documentaire et le livre #Bitch – Les filles et la violence. Diffusé à Moi&Cie le 26 octobre prochain, le porte-parole de la lutte contre l’intimidation veut sensibiliser les jeunes filles et leurs parents aux causes et aux dommages de l’intimidation au féminin. «Bitch», «salope», «pute», «conne», sont les mots utilisés pour rabaisser les filles victimes d’intimidation. Paradoxalement, ce sont ces mêmes termes qui sont employés pour définir leur amitié créant il va sans dire, beaucoup de confusion.

Une idée originale de Jasmin Roy, #Bitch – Les filles et la violence, parle de l’engrenage que créent l’intimidation et la violence au féminin, ainsi que de l’impact de la banalisation sur la vie des jeunes filles. Producteur au contenu et ayant participé au développement conceptuel (en plus d’avoir animé les conférences dans les écoles), Jasmin a confié la réalisation à Marie-Pascale Laurencelle.  En s’impliquant de la sorte, le plus grand souhait de Jasmin Roy est qu’on arrive à remplacer le mot, voire le comportement #Bitch par #Solidarité.  Quant au livre du même nom, ce dernier lui aura permis d’aller un peu plus loin, «parce qu’à l’écran, il faut faire des choix».

bitch

Le visage caché de la violence chez les filles

À travers des témoignages et des expériences réalisés avec de jeunes filles, ce documentaire permet de comprendre comment se tissent leurs relations et de quelle façon elles entretiennent des perceptions négatives sur elles-mêmes. Des intervenants expliquent ce qui peut amener les jeunes filles à subir différentes formes de violence.

Ne manquez pas l’occasion de voir ce documentaire percutant et audacieux sur les ondes de Moi&Cie aux heures d’écoutes suivantes :  Lundi 16 h Jeudi 19 h Vendredi 8 h Dimanche 13 h.  Ce faisant, Jasmin espère que ce rendez-vous familial ouvrira la discussion sur ces thèmes. Ce qu’il souhaite qu’on retienne, c’est que dans 90% des cas d’intimidation, des témoins sont présents et pourraient aider la victime (plutôt que de regarder sans rien dire, ou rigoler avec les autres). Il faut donc que chaque jeune se responsabilise et agisse lorsqu’il est témoin d’intimidation ou de violence.

Vous pourriez aussi aimer...