L’école buissonnière… dans une école!

De la danse contemporaine pour enfants

ecole1©Rolline Laporte

Par : Marie-Claude Lessard

Pierre-Paul Savoie, le fondateur de la compagnie PPS Danse, adore créer des spectacles destinés aux enfants. Après avoir monté Contes pour enfants pas sages, voilà qu’il puise à nouveau dans l’univers de l’auteur Jacques Prévert en offrant le collage chorégraphique L’école buissonnière, présenté gratuitement à la TOHU les 28 et 30 octobre dernier et qui sera de retour à Montréal dès février 2017.

Les quatre jeunes protagonistes, interprétés de manière fort convaincante par Mathilde Addy-Laird, Chantal Baudoin, Danny Desjardins et Amélie Rajotte, ne font pas l’école buissonnière comme le suggère le titre. À l’intérieur de 50 minutes, ils expérimentent une journée typique à l’école primaire : cours de français, présentation d’un spectacle aux parents, récréations mouvementées, cours de mathématique… La scène dans laquelle certains personnages épellent des mots en sautant alors que d’autres corrigent les erreurs faites sur le tableau s’avère la plus réussie sur le plan ludique.

ecole2
 ©Rolline Laporte

Donc, oui, en plus d’avoir comme objectif de divertir, L’école buissonnière poursuit des visées éducatives. D’ailleurs,un guide pédagogique a été conçu à l’intention des enseignants pour préparer leurs élèves avant une représentation prévue dans un contexte scolaire. Or, les petites frimousses composant majoritairement le public assistant au spectacle du 30 octobre étaient étonnamment très attentifs et ne scandaient pas à tout vent les réponses d’une équation ou ne soulignaient pas la présence d’une faute d’orthographe.

Chantés tout en douceur et émotion par Alexandre Désilets et Amylie, les textes de Prévert bénéficient d’un traitement musical enveloppant signé Benoît Côté. Des accords de piano se dégageaient une irrésistible poésie qui a davantage séduit les adultes que leur progéniture. Les chorégraphies, surtout celles au sol, traînaient en longueur. En revanche, celles exécutées avec les cordes à sauter ont impressionné.

Bref, L’école buissonnière, puisqu’il est habilement mis en scène, possède suffisamment de rythme pour ne pas assommer les parents qui accompagnent leurs enfants qui, eux, apprennent adéquatement tout en s’amusant.

Texte révisé par : Annie Simard

Vous pourriez aussi aimer...