Le DJ des DJ s’empare du Stéréo

Le marathon musical de Danny Tenaglia: un défi psychosomatique

DJ Tenaglia 1

© Danny Tenaglia

Par Sébastien Bouthillier

Danny Tenaglia mérite sa réputation de DJ des DJ.  Il fait la pluie et le beau temps, d’éclairs stroboscopiques en coups de tonnerre hypersoniques.  Il soumet les éléments qui consacrent sa musique.  Elle est unique, plusieurs DJ s’inspirent d’elle.  Ses incantations vénèrent le vinyle.  Jamais il ne jouerait avec des sacrilèges de MP3, qu’il voue aux gémonies.

Éclectique, ses sources d’inspiration multiples, il harmonise les genres.  Du chant, du garage, des cuivres et de la flûte émanent du deep house et de la techno qu’il crée en démiurge.  Il s’adresse aussi à la faune nocturne en s’emparant d’un micro ou lorsqu’il serre des mains sur le plancher.

Le cinquantenaire écoutait The Trammps, Marvin Gaye, Hugh Masekala et Giorgio Moroder dès l’adolescence.  Dans la décennie 90, las de diffuser la musique d’autrui, il remixe Jamiroquai, Madonna et Janet Jackson.  Elements, sa première ode lancée en 1998, relate son leitmotiv.  Au passage du millénaire, il gratifie de son premier album, Athens.

Danny Tenaglia commet son action de grâce en officiant à Montréal jusqu’à pas d’heure.  Alors que les clubs ferment la nuit et que les afterhours se vident avant midi, le new-yorkais de réputation mondiale fascine, captive, aimante les fêtards 12, 14, 16 heures d’affilée!

((()))

I’m your DJ
And I’m gonna take you on a tour of a twelve-inch
Yes, a twelve-inch
We’re gonna start here with the kick and the bass
You like the bass?
It’s filtered…  uhmm
This is the basic foundation of a track
We’re gonna build things up slowly
Are you with me?
Here we go, yeah

Danny Tenaglia, Elements

((()))

Tendez l’oreille lundi matin.  Vous capterez les réverbérations.  L’écho bondissant sur le gratte-ciel en face.  Sourd, mais constant.  Des énergumènes vous croiseront peut-être, pénétrant l’afterhours.

Le son transperce ses murs bétonnés.  Imaginez la puissance des haut-parleurs du Stéréo.  La moindre note devient un vrombissement tectonique.  Le rythme, une secousse tellurique.  La percussion, un assourdissant tremblement.  Des courtes accalmies dans ce tapage émane une volupté planante.

Cet espace est sacré : il contient un redoutable système de son.  Rien qu’y penser déclenche la fébrilité, augmente la fréquence cardiaque et dope l’imagination.  La triple mise entre parenthèses forme une cartouche protectrice, symbole de l’écho émit par ce sanctuaire sonique.  Il met en abyme l’insomniaque qui en pénètre le cœur.

Ces haut-parleurs assaillent l’ouïe sans coups de semonce.  Inauguré à l’automne 1998, le Stéréo flotte au deuxième étage d’un ancien théâtre comme si un sarcophage de ciment à propulsion musicale lévitait au-dessus du rez-de-chaussée.  Ses adeptes apprécient le dérèglement hédoniste, les gestes lascifs, la sensualité impudique dans ce repère.

DJ Tenaglia 2

 ((()))

Close your eyes
Use your mind
Get ready to explode
Feel the drums
Now I want you to throw your hands in the air
Throw your hands up in the air
Lose control
Lose complete control

Danny Tenaglia, Elements

((()))

Des heures stéréophoniques s’écoulent avec Danny Tenaglia, car l’adepte quitte le temps usuel dès le premier pas dans cet antre ténébreux et lugubre.  Envouté par les tropes, il est trop tard quand il s’en aperçoit…

Oui, les pores se serrent et se dilatent au rythme de la musique.  Des sons qui tétanisent des trippes à l’extrémité des cheveux.  Le fidèle frissonne, il palpite rien qu’à y penser, extasié.  Ce DJ catapulte une dose d’adrénaline dans le corps.  Les vitamines avalées pétillent.  L’effervescence d’une orangeade énergisante pique les papilles.

La musique syntonise l’âme du noctambule subtilement décalé, le cycle circadien déréglé.  La musique ne le quitte plus.  La musique l’envoûte encore quand il rentre chez lui, en fin de journée, sous hypnose.  Il n’existe pas d’antidote, sauf le morceau Music is the answer.

S’il apercevait ces hallucinés à côté de vous sur le trottoir, Nietzsche s’écrierait que leur messe constitue un rite païen et que l’intronisation de Danny Tenaglia au Stéréo provoque leur transe.

((()))

So that will be 15 dollars
And prepare to enter club bad

Green Velvet, Flash, remixé par Danny Tenaglia

DJ Danny Tenaglia au Stéréo dès 2 h 00 du matin le 10 octobre.

Crédit photo : Danny Tenaglia

Texte révisé par : Marie-Eve Brisebois

Vous pourriez aussi aimer...