L’amour sans attentes

Impossible pour un romantique

sunny-drake-photo-by-tania-anderson-575

© Tania Anderson

Par Sébastien Bouthillier

L’amour sans attentes s’avère impossible pour un romantique. Sunny Drake témoigne de la vie sentimentale queer à travers son exploration des rencontres en ligne. Son témoignage vire à la confession quand il aborde les rapports de pouvoir entre les sexes et la jalousie. Comment trouvera-t-il une personne sensée?

Dans un spectacle interactif mélangeant sons et vidéos, Sunny prétend que les attentes personnelles et les conditionnements sociaux façonnent l’intimité. Il se demande que conserver du modèle traditionnel et que réinventer. Peut-être qu’on confond sentiment amoureux et relation sexuelle, amour et faire l’amour.

Le romantique croit avec ingénuité que le sentiment amoureux se développe naturellement à force d’une fréquentation prolongée, où son partenaire et lui partagent leurs intérêts et pratiquent des loisirs ensemble. L’amour naît à la faveur de l’amitié, qui l’ancre. La fréquentation amicale, assidue et préalable confère une stabilité à la relation, ce n’est qu’ensuite que les partenaires auront des relations sexuelles.

Sauf que cet amour courtois est incompatible avec le type de relations en vogue aujourd’hui, les relations sexuelles « no strings attached » : sans attentes ni conditions, sans questions sur l’engagement ou la fidélité, sans exclusivité, que les partenaires soient en couple devient superfétatoire. Une couche supplémentaire de complexité, et de liberté, pense-t-on, s’ajoute quand on constate la diversité de genre et d’orientation.

Romantique en quête d’amour, Sunny Drake explore pourtant les questions d’identité pour en repousser les limites. Il allie les thèmes queer et trans à la sobriété, au corps et aux relations sur la toile de fond de la lutte contre le racisme, la dénonciation des agressions sexuelles et de la féminité.

L’artiste vit à Toronto depuis 2011, après être né et avoir grandi sur la terre autochtone de Jaggera-Turrabul en Australie. No Strings (Attached) a été traduit en quatre langues et joué en Europe, en Australie, aux États-Unis et au Canada. À Montréal, une discussion avec Sunny Drake suivra la représentation du jeudi 9 mars.

No Strings (Attached), à l’Espace Libre jusqu’au 11 mars.

Crédits photos : Tania Anderson

Texte révisé par : Johanne Mathieu

Vous pourriez aussi aimer...